La Ligue des droits de l’Homme en campagne sur les terrains de sport : « La discrim’ hors jeu »

Le groupe de travail LDH « Sport, droits et libertés » lance une campagne de sensibilisation aux droits des enfants dans le monde sportif.
Le groupe de travail LDH « Sport, droits et libertés » a été créé par le Comité central du 12 avril 2012, à la suite d’une orientation du congrès de la LDH de Reims de 2011.

Après avoir publié une lettre électronique au moment des Jeux olympiques de Londres en juillet (http://www.ldh-france.org/Lettre-electronique-Droits-de-l,4298.html), l’équipe qui s’est constituée autour de Pascal Nicolle, l’animateur de ce groupe, et l’équipe du secrétariat général, Dominique Guibert et Nadia Doghramadjian, a souhaité mettre à son programme de travail une campagne de sensibilisation aux droits des enfants dans le monde sportif.

Cette campagne prend la forme de deux documents qui doivent permettre à la LDH d’ouvrir un nouveau champ d’action en direction d’un public trop souvent bercé par le soi-disant apolitisme du sport :

– une plaquette 3 volets: il s’agit d’une plaquette, financée avec l’aide du ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, à destination des adolescents. Cette plaquette porte sur les trois formes majeures de discriminations identifiées dans le mode sportif : le sexisme, le racisme et l’homophobie. Cette plaquette rappelle les termes de la Convention internationale des droits de l’enfant, les orientations de la LDH en la matière et donne des conseils pratiques aux victimes de discriminations ;

– un tract A5 recto verso (tract version imprimable) disponible dès maintenant et qui traite d’un dossier que la Ligue des droits de l’Homme porte depuis trois ans : celui des conditions discriminatoires qu’impose la Fédération française de football (FFF) aux mineurs étrangers pour l’obtention de leurs licences. Après trois ans de batailles juridiques (Défenseur des droits, Cnil…) et de discussions avec la ministre nouvellement nommée et les responsables de cette fédération, seule la mobilisation des amateurs de football peut faire bouger la FFF, véritable Etat dans l’Etat, qui se refuse à appliquer les lois françaises et les directives européennes.
Ce tract est doublement d’actualité :
_- nous sommes en pleine période de prise en compte des licences dans les clubs et déjà plusieurs centaines de licences de mineurs étrangers sont d’ores et déjà bloqués ;

– la FFF renouvelle ses instances le 15 décembre prochain et il est important d’indiquer que cette fédération est la dernière à maintenir des dispositions discriminatoires.

Le sport occupe une place essentielle dans la vie associative et constitue pour beaucoup de jeunes un moyen d’entrer dans la citoyenneté et pour tous ses pratiquants un lien social essentiel, un moyen d’intégration et d’épanouissement.
Notre place est donc pleinement sur les terrains de sport !

Un récent sondage TNS SOFRES* vient de rappeler que 82% des sondés s’intéressent au sport et que 7 Français sur 10 sont des sportifs réguliers ou occasionnels.
Les valeurs positives du sport sont avant tout portées par le sport amateur, auquel les Français donnent une place fédératrice dans la société via notamment l’éducation des plus jeunes (51% des Français l’associent particulièrement au sport amateur contre 5% au sport professionnel).

Ainsi, 83% des Français sont d’accord pour dire que le sport participe à la diffusion des valeurs de respect et de partage à l’échelle d’un pays.

*Les détails de ce sondage : http://www.tns-sofres.com/points-de-vue/66F27168EF7645AB99DB4A47A44B0C80.aspx

Si certains liens vers des documents apparaissent brisés dans cet
article, veuillez cliquer ci-dessous pour les télécharger :
tract_a5_x1.pdf
tract_a5-pour_impression_x2.pdf

Share This