La LDH soutient “Les fantômes”, un film de Jonathan Millet

En salle le 3 juillet 2024

Les fantômes est le premier film du documentariste Jonathan Millet. Il a été choisi pour ouvrir la semaine de la critique du festival de Cannes qui met à l’honneur de « jeunes talents » du cinéma.

Cette fiction part de faits réels et d’un énorme travail documentaire sur des anciens membres de l’opposition syrienne réfugiés en Europe, qui se sont donné pour mission de traquer les bourreaux du régime de Bachar Al Assad et de Daesh, lesquels tentent de se faire oublier en s’infiltrant parmi les réfugiés. Le film est notamment inspiré de la cellule « Yaqaza » (le réveil), qui a abouti à l’arrestation d’Abou Hamza, dit « le chimiste », soupçonné notamment d’avoir orchestré l’arrestation et la séquestration de Pierre Torres et Nicolas Henin en 2013.

Le héros du film, Hamid, remarquablement interprété par le jeune franco-tunisien Adam Bessa, est un jeune professeur syrien qui a fui la répression et la torture en Syrie en y laissant sa famille. Sa quête que l’on découvre peu à peu l’obsède. De son bourreau, il n’a qu’une photo défraichie, floue. Il va dans les rues de Strasbourg à travers les chantiers et centres d’accueil pour essayer de retrouver la trace de cet homme. Il n’a jamais vu son visage mais il a gardé en mémoire sa voix, son odeur, le son de ses pas.

Comme le dit le réalisateur, dans les prisons de Bachar, on est dans le noir, du coup, c’est l’ouïe et l’odorat qui se développent pour essayer de capter la moindre des choses pour tenter d’avoir des repères. Durant sa quête, toutes ces émotions lui reviennent encore plus vivement en mémoire et réactive les traumatismes subis.

Et quand Hamid croise Harfaz, il est sûr que c’est son ancien geôlier dans la prison militaire de Saidnaya. Il va alors prendre tous les risques pour le prouver, y compris en l’approchant au péril de sa vie et la mise en danger du réseau. Il est aussi empreint de doute, même quant à l’objectif de sa quête qui est de faire comparaitre en justice les bourreaux.

Le film est d’une subtilité rare. En cette période où les traumatismes des personnes qui cherchent une protection dans notre pays sont si souvent niés, il nous fait ressentir le drame de l’exil. Par ce film, Jonathan Millet donne aussi à voir le besoin et le sens de la justice internationale, qui vient récemment d’être illustré par la justice française : d’une part, avec la condamnation à la prison à perpétuité de trois hauts responsables syriens à la suite d’une plainte déposée par le frère et oncle de deux victimes franco-syriennes pour « torture et disparition forcée » avec l’appui de la FIDH et, d’autre part, la validation par la Cour d’appel de Paris du mandat d’arrêt français visant le président syrien Bachar el-Assad, accusé de complicité de crimes contre l’humanité pour des attaques chimiques meurtrières en août 2013.

Réalisation : Jonathan Millet

Production : Films Grand Huit

Distribution France : Memento distribution

Durée : 1h46

Share This
Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.