La LDH soutient le film « La Vallée », de Nuno Escudeiro

Diffusion le 10 mai 2019

Depuis quelques années, les vallées de la Roya et de la Durance entre la France et l’Italie font face à un afflux de réfugiés. Le réalisateur a suivi pendant trois ans un groupe d’habitants de ces vallées qui leur viennent en aide et, de ce fait, font régulièrement l’objet de poursuites judiciaires.

Ils communiquent par geste, courent silencieusement le long des pentes, dans un paysage de montagne grandiose : les premiers plans du film nous font vivre le passage de la frontière par deux Africains, un sac en plastique à la main pour tout bagage, essayant d’éviter les barrages routiers et les points de contrôle. Par la suite, quelques réfugiés évoqueront brièvement leur parcours avant leur arrivée à la frontière franco-italienne, mais ce n’est pas le sujet du film. D’autres documents apportent ces témoignages. La Vallée montre avant tout l’entraide et la solidarité qui se sont organisées dès 2015 au sein d’une association d’habitants des vallées, Roya citoyenne.

L’association a d’abord été créée afin de prendre en charge les opérations quotidiennes d’aide aux réfugiés. Des familles volontaires les accueillent chez eux au fur et à mesure de leurs arrivées, nuit et jour. Des repas sont organisés et distribués à Vintimille, une épicerie solidaire fonctionne à Saorge. On voit aussi une réunion de sensibilisation de la population.

Mais l’association n’a pas voulu s’en tenir à une action humanitaire car de nombreux migrants qui arrivent à entrer en France sont arrêtés et reconduits en Italie. Pour faire respecter la loi, notamment en faveur des mineurs non accompagnés et des demandeurs d’asile, une bataille juridique se met en place. Des membres de l’association enseignent aux réfugiés les procédures à suivre pour faire valoir leurs droits en France et les aident à constituer leur dossier. Le film suit des militants, assistés par des avocats, qui accompagnent des réfugiés dans leurs démarches – et notamment une famille érythréenne qui sera reconduite en toute illégalité à la frontière. Les heurts avec la police et la gendarmerie sont fréquents et l’association doit aussi faire face à une multiplication des gardes à vue de militants.

Elle force un moment la gendarmerie locale à mettre en place un protocole : quand un réfugié arrive dans la vallée et est pris en charge par un membre de Roya citoyenne, la police lui permet d’aller déposer sa demande d’asile. Mais on voit que ce protocole n’est pas respecté longtemps, et que la police continue à renvoyer les réfugiés en Italie.

La Vallée nous fait pénétrer dans le quotidien des militants et ne cache pas les débats et les contradictions qui traversent l’association. Si Cédric Herrou, devenu une figure de la solidarité à La Roya, est très présent dans le film, il n’en est pas le personnage central comme dans le film Libre de Michel Toesca. Si le film de Nuno Escudeiro témoigne de l’engagement de citoyens solidaires des migrants, il montre aussi les limites de l’action d’une association face à une administration qui viole systématiquement la loi, allant jusqu’à falsifier des documents pour expulser des mineurs.

Au cours des années, la vallée est devenue de plus en plus militarisée. Le passage des réfugiés s’effectue plus au Nord dans des conditions encore plus dangereuses. Aujourd’hui, en 2019, conclut Cédric Herrou, s’il y a moins de monde à La Roya, c’est aussi parce que les réfugiés sont morts avant, en Méditerranée.

Thématiques : droit des étrangers, politique de l’immigration, migrations, droit d’asile

La loi de la vallée

Film documentaire, France-Italie

Réalisation : Nuno Escudeiro

Durée : 55 minutes (version télévision)

Share This