La LDH soutient le film « Green Book » de Peter Farrelly

Sortie le 23 janvier 2019

Film récemment récompensé à trois reprises lors de la cérémonie des Golden globes. Ce récit a été sacré meilleure comédie, meilleur scénario et meilleur second rôle pour Mahershala Ali.

En 1962, aux États-Unis d’Amérique, règne la ségrégation raciale, Don Shirley, pianiste noir de renommée mondiale entreprend une tournée de deux mois dans le Sud profond (et profondément raciste…). Pour le conduire et assurer sa sécurité, il embauche un Italo-Américain, Tony Lip, videur dans une fameuse boite de nuit du Bronx, le Copacabana, ayant besoin de se faire oublier dans son milieu mais néanmoins de nourrir sa famille.

Sur un scénario coécrit avec le propre fils de Tony Lip, Peter Farrelly nous fait vivre cette histoire vraie. Un périple qui marquera pour la vie ces deux hommes que tout opposait et scellera une amitié qui ne s’éteindra qu’à leur mort (pour tous les deux en 2013).

De son vrai nom Tony Vallelonga, Tony Lip devait son surnom à son charisme et son bagout qui lui avaient toujours permis de se sortir d’affaire. C’est ce qui lui avait valu d’être choisi par Don Shirley, artiste raffiné instruit et élégant, ayant étudié la musique classique en URSS et à Londres, qui ne connaissait alors son succès que dans les États du nord-est des États-Unis.

Au départ de Manhattan, un Green Book est remis à Tony Lip pour dénicher les hôtels et restaurants où l’on ne refuserait pas de servir Don Shirley, de son nom complet. Le Negro Motorist Green-book était le guide de voyage édité par un postier afro-américain de New-York, Victor Hugo Green, entre 1936 et 1966 recensant les commerces et établissements acceptant la clientèle noire.

C’est au fil des miles, dans la promiscuité d’un habitacle de Cadillac coupé Deville, que les deux hommes vont tout d’abord apprendre à se connaître. En effet Toni Lip, bavard et curieux, ne se conduit pas en chauffeur ordinaire, silencieux et obséquieux. Il cherche à connaître Don Shirley et il le met parfois face à ses supposées contradictions. Don Shirley ne se comporte pas en Afro-Américain ordinaire selon les préjugés de Tony Lip. Et de son coté, Don Shirley tente de lui inculquer quelques morales et bonnes manières. Il mettra également son talent épistolaire au service de son chauffeur en l’aidant à écrire des lettres à sa femme.

Durant ce « road trip » dans les Etats du Sud, ce sont les humiliations infligées aux Noirs par les lois Jim Crow qui limitaient les lieux où les Noirs pouvaient manger, dormir, s’asseoir, les fontaines où ils pouvaient boire et les toilettes qu’ils pouvaient utiliser que Tony Lip va découvrir. Chargé de la sécurité du pianiste noir, le chauffeur blanc va être témoin des injustices et humiliations diverses dont sera victime le virtuose et qu’il n’avait vues nulle part ailleurs dans sa vie (d’ailleurs il n’avait jamais quitté le Bronx !). Il lui arrivera de les partager parfois quand ils se retrouveront tous deux en prison pour avoir enfreint le couvre-feu pour les Noirs mis en place par certaines municipalités. Applaudi dans les salles de concert et dans les salons de riches Blancs, Don Shirley a été victime d’arrestations et d’humiliations quasi quotidiennes. Les deux hommes ont ainsi été confrontés au pire de l’âme humaine. Mais grâce à leur générosité et leur humour, ils dépasseront leurs préjugés, oublieront ce qu’ils considéraient comme des différences insurmontables, pour faire naître entre eux une indéfectible amitié. Si les lois ont changé dans ce pays, les mentalités n’ont pas forcément suivi (cf. les revendications du mouvement Black live matters né en 2013 : contre le profilage racial, les meurtres de Noirs par des policiers et le système de justice inégalitaire). Ce film peut aider à faire comprendre que la démarche de connaître l’autre est essentiel pour combattre le racisme.

Thématiques : racisme, discriminations, solidarité, éducation.

Green Book

Réalisation : Peter Farrelly

Durée : 2h10

 

Share This