La LDH soutient le film documentaire “Le Feu Sacré”, d’Eric Guéret

Sortie en salle prochainement

Véritable thriller social, ce film nous plonge au cœur de la lutte des sidérurgistes, et du directeur, pour sauver leur aciérie, Ascoval, à Saint-Saulve, près de Valenciennes. Usine de recyclage, qui fabrique de l’acier à partir de ferrailles, Ascoval est une des aciéries les plus modernes d’Europe, respectueuse des normes environnementales, admirablement située (autoroutes, réseau ferroviaire, Escaut) qui emploie 281 salariés. Un jour, patron et employés apprennent que Vallourec, qui a créé l’usine et en reste le principal actionnaire et client, a décidé de la fermer, accordant sa préférence à son implantation dans d’autres pays. Ils tombent des nues. Après un rendez-vous à Bercy (l’Etat est l’actionnaire principal de Vallourec), Ascoval obtient un délai d’un an pour trouver un repreneur. Commence alors un véritable parcours du combattant, plein de rebondissements, surprises, moments de découragement, voire désespoir, avec trahison (double jeu de Bercy), valse des repreneurs, acharnement haineux de Vallourec…
Le réalisateur, qui a accompagné cette lutte au plus près pendant plus d’un an, nous en livre un récit palpitant, dans un document exceptionnel, vibrant d’humanité.
A partir du délai accordé par Bercy, il rythme son documentaire par des sous-titres sur fond de flammes : « 1er jour »…« 15e jour »…« 142e jour »…« 288e jour »…« 463e jour », donnant à son film une allure de suspens qui tient en haleine le spectateur. Et nous sommes transportés au plus profond de cette aciérie et de cette bataille pour la survie, que nous suivons pas à pas. Images splendides de l’aciérie, du métal en fusion – à plus de 1600°-, véritable « feu sacré », qui est aussi le feu nourricier, des ouvriers en casaques et casqués « comme des cosmonautes » au bord de ce feu. Autre flamboyant « feu sacré » : celui qui est au cœur du personnel de l’usine, et de son directeur, dont les ouvriers sont les premiers à reconnaître la combativité. S’il y a parfois des tiraillements, des désaccords, une même farouche détermination anime les différents protagonistes, et leurs soutiens : se battre contre le désastre humain et social qu’entraînerait cette délocalisation éhontée, et contre la désindustrialisation galopante dans notre pays.
L’immersion d’Eric Guéret dans Ascoval lui a permis de créer une relation privilégiée avec les différents acteurs de ce combat, dont, au premier plan les délégués syndicaux, et il a recueilli des témoignages, des confidences d’une grande qualité et sincérité. Beaux et rares moments de profondeur, de vérité humaine, que capte le réalisateur, avec, souvent de superbes gros plans des visages. Les uns et les autres racontent leur parcours, expriment leurs doutes, inquiétudes, colère, laissent échapper quelques larmes parfois, ou restent dans un silence éloquent. Tous affirment se sentir appartenir à la même grande « famille », celle de l’aciérie, à qui certains ont donné des dizaines d’années de leur vie, et cela se voit, se sent, et fait naître une belle émotion. Ils revendiquent, avec raison, la noblesse de leur métier, leurs hautes compétences, les grandes responsabilités qu’ils assument avec sérieux et ferveur. Belle incursion dans le monde ouvrier.

En ces temps étranges, d’interrogations sur la mondialisation, sur « le monde d’après », ce documentaire trouve une résonnance toute particulière. Il est une pierre à apporter aux réflexions et combats qui se livrent ici et là pour inventer un autre possible.

Thématiques : économie, travail, désindustrialisation

Le Feu sacré
Film documentaire, France
Durée : 1h34
Réalisation : Eric Guéret

 

Share This