La LDH soutient le film Documentaire « Femmes d’Argentine (Que sea ley) », de Juan Solanas

Sortie le 11 mars 2020

En Argentine, où l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est interdite, une femme meurt chaque semaine des suites d’un avortement clandestin. Pendant huit semaines, le projet de légaliser l’IVG a été âprement discuté au Sénat, mais aussi dans la rue, où des dizaines de milliers de militantes et de militants ont manifesté pour défendre ce droit fondamental. Les féministes argentines et leur extraordinaire mobilisation ont fait naître l’espoir d’une loi qui légaliserait l’avortement.

Le film documente le combat des « filles », ces jeunes femmes qui se sont levées pour réclamer la fin du patriarcat, la libre disposition de leur corps, le droit à la santé et à la vie. Tout au long des mois de débat au Sénat, il se fait l’écho d’une lutte menée tambour battant, au sens propre, car les « filles » animent chaque manifestation du choc des tambours qu’elles frappent avec la même énergie joyeuse et frondeuse que celle qu’elles mettent dans leurs slogans, le déploiement de gestes et de signes qui symbolisent leurs revendications. Ces revendications féministes s’accompagnent de revendications sociales, car ce n’est pas un hasard si les femmes qui meurent sont issues des milieux les plus défavorisés.

Le film alterne manifestations, interviews de prêtres, député-e-s, médecins favorables à cette loi avec des témoignages de femmes ou de familles de femmes mortes à l’issue d’un avortement clandestin, toutes et tous décrivant une réalité terrible.

Il permet de montrer le poids de l’Eglise, catholique et évangéliste, l’hypocrisie des médecins qu’enrichissent les avortements clandestins, l’extrême misère de femmes qui ont des enfants très jeunes (toutes les trois heures, une adolescente accouche et 70% de ces grossesses ne sont pas désirées, la plupart étant la conséquence d’un viol comme les cas extrêmes de ces fillettes de dix et douze ans cités dans le film). A ce propos, le film fait aussi entendre les « pro-vie » comme ils se nomment, capables de contraindre ces enfants à mener à terme leur grossesse et à le défendre publiquement.

Le rejet du patriarcat a, dans ce pays très croyant, un effet tout à fait intéressant : l’émergence d’une théologie féministe qui dénonce les mythes fondateurs justifiant le patriarcat. Selon cette théologie, il faut déconstruire le sacré de ces mythes créés par des hommes.

Malgré la mobilisation de plus d’un million de manifestant-e-s devant le Sénat le jour du vote, la loi pour l’avortement libre et gratuit n’a pas été votée et le combat continue pour que « sea ley » (que ce soit une loi).

Partout dans le monde, les droits des femmes sont à défendre. En France aussi, le combat contre le système patriarcal doit se poursuivre, comme le montre l’actualité, notamment contre les féminicides et leur absence de prise en compte par les institutions de l’Etat (police, justice) et la campagne #Metoo contre les violences sexuelles et l’impunité de leurs auteurs.

Thématiques : féminisme, patriarcat, libre disposition de leur corps par les femmes, lutte pour le droit d’avortement.

Programmation :

Projections-débats à l’Espace St-Michel – 7, place Saint-Michel 75005 Paris : jeudi 12 mars à 20h en présence du réalisateur Juan Solanas ; lundi 16 mars à 20h ; vendredi 20 mars à 20h en présence de Fabienne Messica, secrétaire générale adjointe de la Ligue des droits de l’Homme et Emy Laura Tapia Magne, coordination Mexique-région Amériques – Amnesty international France ; lundi 23 mars à 20h en présence de Geneviève Garrigos, responsable de région Amériques – Amnesty international France et Nadia Doghramadjian, vice-présidente La Ligue des droits de l’Homme ; mardi 24 mars à 18h en présence de Laura Caniggia, journaliste et créatrice du seul programme TV en Amérique du sud sur le féminisme et les problèmes de genre. Elle est conseillère en contenus sur le documentaire.

Projections-débat au Luminor – 20, rue du Temple 75004 Paris : le 28 mars à 18h00 ; au Balzac – 1, rue Balzac 75008 Paris : le dimanche 29 mars à 11h00 en présence de Laura Caniggia, Fabienne Messica, secrétaire générale adjointe de la Ligue des droits de l’Homme et Emy Laura Tapia Magne, coordination Mexique-région Amériques – Amnesty international France ; à l’Etoile Cosmos – 22, av. de la Résistance 77500 Chelles le 29 mars à 16h00 ; à L’Entrepôt – 7-9, rue Francis-de-Pressense 75014 Paris le 29 mars à 18h00.

 

Femmes d’Argentine

Film documentaire , Argentine-France, Uruguay.

Réalisation : Juan Solanas

Durée : 1h26

Share This