Il n’y a pas d’âge pour être solidaire – Le Festisol se fait l’echo des voix trop souvent minorées de celles et ceux qui n’ont pas atteint la majorité

Communiqué du Festisol, dont la LDH est membre

Pour le lancement de son édition 2019, qui aura lieu du 15 novembre au 1er décembre 2019 partout en France, le Festival des solidarités (Festisol) organise une rencontre-débat inédite samedi 9 novembre, au palais du Luxembourg (Paris). Une vingtaine de jeunes mineurs qui n’ont pas attendu leur majorité pour s’engager au service d’un monde plus solidaire, y seront conviés pour faire entendre leurs revendications.
L’engagement n’attend pas le nombre des années. Pour le prouver, le Festival des solidarités invite une vingtaine de jeunes qui souhaitent dénoncer les atteintes à leurs droits et témoigner de leur engagement, à prendre la parole le 9 novembre, de 14h00 à 18h00 heures, au palais du Luxembourg à Paris.
Ce plaidoyer pour que les mineurs soient écoutés et reconnus comme des acteurs politiques à part entière s’inscrit dans le cadre du 30e anniversaire de l’adoption de la Convention internationale des droits des enfants (CIDE) par les Nations unies. Parmi les intervenant-e-s figurent aussi des personnalités et des acteurs associatifs engagés dans la lutte contre les inégalités et pour le respect des droits humains, comme la psychiatre Muriel Salmona, présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie, Fatima Ouassak, co-fondatrice du collectif Front de mères, Lyes Louffok, ancien enfant placé, auteur de “Dans l’enfer des foyers”, Françoise Dumont, présidente d’Honneur de la Ligue des droits de l’Homme et Arié Alimi, avocat au Barreau de Paris, ainsi que des représentant-e-s de l’UNICEF France, d’Amnesty international, de Youth for Climate ou encore d’ATD Quart monde.

Les mineur-e-s qui veulent changer le monde sont plus que jamais présent-e-s dans l’actualité. La Suédoise Greta Thunberg, 16 ans, initiatrice du mouvement de grève scolaire mondiale pour protester contre l’inaction des États en matière de réchauffement climatique, est emblématique de leur présence médiatique. En 2018, le classement des ados les plus influent-e-s de l’année par le magazine Time comporte aussi sa part de militant-e-s. Parmi eux, une jeune afro-américaine de 13 ans, Marley Dias, a créé une plateforme en ligne recensant près d’un millier de livres dont les héroïnes sont des femmes noires, pour mettre en avant d’autres histoires que celles qui parlent de « garçons blancs et de chiens ».
« Si nous sommes capables aujourd’hui de prendre la parole, c’est parce que nous avons décidé de prendre en main notre sort, et nos voix résonneront plus que les bruits des travaux. » écrivent 13 élèves de première du lycée Jacques-Feyder d’Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) dans leur tribune publiée par Le Monde le 21 juin dernier pour dénoncer le fait que « L’école de la République ne réserve pas les mêmes conditions à la jeunesse de Seine-Saint-Denis ». Les inégalités ont la vie dure et certains enfants, du fait des discriminations et des violences qu’ils subissent, naissent moins égaux en droits que d’autres. Le Festival des Solidarités entend bien se faire l’écho de ces voix longtemps ignorées.
« Des migrations aux luttes pour la justice climatique, en passant par les inégalités sociales et économiques, les discriminations, les violences sexuelles, le droit à la dignité, à l’éducation ou les droits culturels, les mineur·e·s ont leurs propres solutions à apporter sur de nombreuses questions qui les concernent », explique Jean-Marc Delaunay, coordinateur du Festival des solidarités. Car veiller au respect des droits des enfants, c’est aussi écouter et faire entendre leur voix, soutenir leurs mobilisations et agir pour construire un monde plus juste.
La thématique des droits des enfants sera d’ailleurs mise à l’honneur par le Festisol du vendredi 15 novembre au dimanche 1er décembre via de nombreuses animations conviviales et engagées qui auront lieu partout en France. 

Le Festival des solidarités

Lancé il y a plus de 20 ans, le Festival des solidarités est un rendez-vous international qui promeut et célèbre une solidarité ouverte au monde et aux autres. Il est porté par le CRID (Centre de recherche et d’information pour le développement) et rassemble 23 organisations au niveau national parmi lesquelles Amnesty International, le CCFD Terre-Solidaire, Oxfam, les Scouts et Guides de France, des réseaux régionaux et plusieurs milliers de bénévoles.

Un projet collectif à l’ancrage territorial fort

Le Festival des solidarités rassemble une quarantaine d’organisations nationales et régionales au sein de son comité de pilotage. Chacune mobilise son réseau dans le cadre du projet.

Le 14 octobre 2019

Télécharger le communiqué au format PDF

Share This