Forum pour le centenaire de la FIDH

A l’occasion du 41e Congrès de la FIDH, les défenseurs des droits humains travaillant au sein des 192 organisations membres de la Fédération se retrouvent aux côtés d’experts universitaires, d’acteurs économiques et de représentants des pouvoirs publics pour une journée complète de tables rondes et de débats. Chaque table ronde sera suivie d’un échange avec le public. En parallèle des discussions, les représentants des organisations membres de la FIDH présenteront, sous forme de “pitchs” courts, quelques-unes de leurs actions en lien avec les thèmes du forum.

Cette année, les quatre tables rondes porteront sur la crise environnementale, l’universalité des droits humains et la gouvernance mondiale, la pauvreté, et l’efficacité des mécanismes de protection des droits humains. Lire le programme complet du Forum

Tables rondes

9h-10h30 – Comment renforcer l’effectivité des mécanismes internationaux de protection des droits humains ?

Plus de 70 ans après la signature de la Charte des Nations Unies, ses objectifs visant « à créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international » ne sont pas atteints. Dans de nombreuses situations, la poursuite des violations des droits humains et la répression subie par celles et ceux qui encouragent la mise en place de mécanismes de lutte contre l’impunité nous indignent. Comment agir face à l’insuffisance des mécanismes internationaux ? Quelles sont les stratégies que les membres de la société civile peuvent adopter ?

Nous discuterons des approches possibles pour pallier les lacunes des mécanismes existants, du rôle majeur de la société civile, de l’importance de la solidarité internationale et du rôle des acteurs économiques.

Intervenant-e-s

Mary Lawlor, rapporteuse spéciale des Nations unies sur la situation des défenseurs et défenseuses des droits humains

Béatrice le Fraper du Hellen, directrice des Nations unies, des organisations internationales, des droits de l’Homme et de la francophonie, Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, France

Drissa Traoré, consultant de la FIDH, Mali

Shawan Jabarin, directeur de Al-Haq, Palestine

Natalia Morozova, membre de Human Rights Center Memorial, Russie une organisation lauréate du prix Nobel de la paix 2022

Oleksandra Maatviichuk, directrice exécutive du Centre pour les libertés civiles, Ukraine une organisation lauréate du prix Nobel de la paix 2022

Yasmin Ullah, activiste rohingya, présidente du conseil d’administration d’ALTSEAN, Birmanie

Modérateur

François Sergent, journaliste

11h-12h30 – Pauvreté, inégalité et droits humains

La pauvreté est l’un des premiers obstacles à la jouissance des droits humains. Si l’élimination de la pauvreté sous toutes ses formes est le premier des dix-sept objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations unies, la communauté internationale est encore loin du compte.

Selon les données les plus récentes des Nations unies, plus de 736 millions de personnes vivent en dessous du seuil international de pauvreté, fixé à 1,90$ par jour. Bien que de nombreuses personnes soient passées au-dessus de ce seuil dans les dernières années, il représente un standard de subsistance si bas que le fait de vivre au-dessus de ce seuil ne signifie pas avoir une vie digne. Les obstacles tels que l’absence d’accès aux soins, à une éducation de qualité ou encore la difficulté d’accéder aux dispositifs d’aides existants persistent.

Cette table ronde sera l’occasion d’échanger sur les stratégies permettant de lutter contre ces phénomènes.

Intervenant-e-s

Olivier de Schutter, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’Homme et l’extrême pauvreté

Alaa Talbi, directeur exécutif du Forum Tunisien pour les Droits économiques et sociaux (FTDES), Tunisie

Eleanor Thompson, directrice adjointe des Programmes de Namati Sierra Leone, Sierra Leone

Geneviève Defraigne Tardieu, responsable des relations internationales et du plaidoyer, ATD Quart Monde, France

Cécile Duflot, directrice générale d’OXFAM France

Modérateur

Damien Dole, journaliste (Libération)

14h30-16h – L’universalité des droits humains et gouvernance globale

L’universalité des droits humains – c’est-à-dire les mêmes droits pour toutes et tous partout – est consacrée par la Déclaration universelle des droits de l’Homme du 10 décembre 1948. Cette remise en cause de l’universalité a lieu sur tous les continents et prend la forme d’une contestation des normes internationales protégeant les droits humains, notamment par les régimes dictatoriaux et les mouvements religieux fondamentalistes. Cette contestation est également portée par des mouvements dits “anti-droits” qui sont particulièrement actifs et qui gagnent en influence, à la fois dans les gouvernements nationaux, les institutions européennes et aux Nations unies. Les revendications de ces mouvements reposent sur l’idée de la “famille naturelle” et s’opposent notamment au droit à l’avortement et aux droits des personnes LGBTI+. Des ONG documentent le développement de ces mouvements en exposant leurs financements et leurs modes d’organisation. Cette table ronde permettra de discuter des stratégies à adopter pour défendre la pertinence et la modernité de l’idéal universaliste.

Intervenant-e-s

Karima Bennoune, ancienne Rapporteuse spéciale des Nations Unies dans le domaine des droits culturels (2015-2021)

Neil Datta, directeur exécutif du Forum parlementaire européen pour les droits sexuels et reproductifs (EPF)

Anthea Taderera, conseillère plaidoyer de Sexual Rights Initiative

Camila Maia, coordinatrice des travaux internationaux du Center for Legal and Social Studies (CELS)

Modératrice

Audrey Lebel, journaliste (Les interlopes).

16h30-18h – Crise environnementale et droits humains

L’interdépendance entre crise environnementale et droits humains est indéniable et a été consacrée par la reconnaissance dans plusieurs systèmes de protection d’un droit humain à un environnement sain. Des enjeux comme les migrations climatiques, les contentieux contre les Etats et multinationales ou encore la reconnaissance de l’écocide comme cinquième crime international mettent en question l’adaptation du cadre international de protection des droits humains aux enjeux des changements climatiques.

Pour certain.es, il faut s’écarter de ce cadre tandis que pour d’autres, il est nécessaire de le compléter en s’intéressant à des innovations juridiques telles que la reconnaissance de droits à la nature. Cette table ronde sera l’occasion d’échanger sur ces différentes stratégies

Intervenant-e-s

David Boyd, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits humains et l’environnement (vidéo pré-enregistrée)

Jomary Ortegon, présidente de José Alvear Restrepo Lawyers’ Collective (CAJAR) – organisation membre de la FIDH, Colombie

Ivonne Yánez, membre fondatrice et présidente d’Acción Ecológica – Organisation membre de la FIDH, Equateur

Paul Sein Twa, fondateur et Directeur de Kesan, Birmanie et Lauréat du Goldman Prize de 2020 (vidéo en direct)

Alexis Deswaef, vice-Président de la FIDH, Belgique

Modérateur

François Croquette, directeur de la transition écologique et du climat de la Ville de Paris

Pitchs

9h – Maintenir la pression : le rôle de la société civile dans la mise en œuvre des recommandations de l’EPU en Autriche
Valerie Gruber, Osterreichische Liga Fur Menschenrechte

9h30 – Je ne suis pas un écho, je suis une voix : qui s’occupe des femmes défenseurs des droits humains
Lucía Chavez, Comision Mexicana de Defensa y Promocion de los Derechos Humanos

10h – Les précédents créés par « l’affaire du siècle » et d’autres procès sur le changement climatique
Lionel Brun-Valicon, LDH, et François Croquette, ville de Paris

11h – Sexual and Gender-Based Violence: A Glossary from A to Z
Dorine Llanta, FIDH

11h30 – Accès à des recours effectifs pour les victimes de violations commises par des mercenaires ou des groupes militaires privés comme Wagner
Ilya Nuzov et Clémence Bectarte, FIDH

12h – Recherche de la justice internationale pour les crimes de guerre d’Israël
Tal Steiner, PCATI – Public Committee Against Torture in Israel

14h30 – Comment le militant, l’avocat et le conteur d’histoires ouvrent la voie à la transformation et à la réparation pour les Noirs aux Etats-Unis
Vince Warren, Center for Constitutional Rights

15h – Documentation et lutte contre l’impunité, focus sur le Caucase du Nord, le Belarus et l’Ukraine
Berit Lindeman et Aage Borchgrevink, Norwegian Helsinki Committee

15h – Des profits miniers aux coûts environnementaux élevés : la négligence destructrice du Brésil
Marina Oliveira, Project coordinator for the affected communities at the Archdiocese of Belo Horizonte et Mikael Carvalho, Justiça nos Thrilos

16h – L’accès à la justice, un luxe pour les citoyens congolais
Aubin Franck Chardin Tchibinda, Observatoire Congolais des droits de l’Homme

17h – La persécution par la Chine des défenseurs tibétains de l’environnement
Vincent Metten, International Campaign for Tibet

17h30 – Le kit de cyber-survie de la FIDH : un outil pour protéger les défenseurs des droits humains dans la sphère numérique
Manon Cabaud, Hugo Gabbero et Justine Lavarde, FIDH – Observatory for the Protection of Human Rights Defender

Share This