Visioconférence : ” La Liberté d’informer et d’être informé.e – L’information bâillonnée ? “

Libertés et démocratie

LDH : Toulouse

Date
17/03/2021 - 20h00 - 22h00

Ajouter au calendrier : iCal ou webcal ou Google


Visioconférence : " La Liberté d’informer et d’être informé.e - L’information bâillonnée ? "

Visioconférence : La Liberté d’Informer et d’Être Informé.e. L’information bâillonnée ?

Mercredi 17 mars à 20h à l’initiative de la Coordination Loi Sécurité Globale Toulouse  – Conférence débat : La Liberté d’Informer et d’Etre Informé.e/ Pour débattre des lourdes menaces qui pèsent sur le droit d’informer et d’être informé.e.s. 

Trois invité-e-s de marque:

  • Perrenot, de l’association Acrimed (action-critique-médias).
  • Emmanuel Poupard, Premier Secrétaire Général du Syndicat National des Journalistes
  • Nnoman Cadoret, Photojournaliste indépendant.

Cliquez pour participer

 

” Proposition de loi Sécurité Globale, projet de loi « Séparatisme », nouveau schéma du maintien de l’ordre, « Bauveau de la sécurité », décrets de décembre 2020 étendant les fichages massifs de la population…Autant de dispositions liberticides qui cadenassent le droit d’être informé.e en muselant le droit d’informer.

Et pour que cette chape de plomb puisse être mise sur nos libertés, les violences policières systémiques visent celles et ceux qui manifestent leur colère, les exilé.e.s qui vivent un accueil indigne dans notre pays…Comme celles et ceux qui documentent et informent sur la façon dont les citoyens.nes sont réprimées. Toutes et tous, avec ou sans carte de presse, citoyen-e-s vigilant-e-s, véritables lanceuses et lanceurs d’alerte sur nos libertés publiques!
Voilà pourquoi le pouvoir n’a de cesse depuis ces dernières années de tenter de bâillonner toutes celles et tous ceux qui se donnent pour mission d’informer en toute indépendance et liberté.
Il ne tolère plus une information libre et indépendante !

Aujourd’hui, après un premier recul du gouvernement, le sénat a réécrit le fameux article 24 de la proposition de loi Sécurité Globale en évoquant un nouveau délit, dit de « provocation à l’identité ». Qui associé à l’article 18 de la loi dite « Séparatisme » pour les principes républicains ne fait que déplacer le problème portant atteinte à la liberté de la presse.

Si tous ces textes et dispositions venaient hélas à être adoptés, qu’en sera-t-il dès demain de notre accès à une information libre et indépendante ? Qu’en sera-t-il pour toute personne qui souhaitera s’exprimer et manifester librement ? Malgré les discours de façade et les manœuvres de diversion tentant de rassurer la profession, personne n’est dupe! ”