Visioconférence : “Comment arbitrer entre sécurité et libertés démocratiques ?”

Libertés et démocratie

LDH : Toulouse

Date
11/02/2021 - 18h30

Ajouter au calendrier : iCal ou webcal ou Google


Visioconférence : "Comment arbitrer entre sécurité et libertés démocratiques ?"

Café politique organisé conjointement avec la LDH-Toulouse

Invité : Pascal Nakache, avocat

Coordonnées de connexion : https://us02web.zoom.us/j/88087481159?pwd=eW4wc3hqdithc0FIYU4vSmU1S1V1QT09

ID de réunion : 880 8748 1159

Code secret : 546419

 

“La sécurité est un ogre qui n’est jamais rassasié”

Jean-Marie Delarue, ancien contrôleur général des lieux de privation de liberté.

Confinements, attestations, obligations,  interdictions, contrôles, lois sécuritaires, etc… notre société en quelques années a basculé et a oublié sa devise républicaine.

En cette période de pandémie et de lutte contre le terrorisme, l’état d’urgence permet au pouvoir de prendre au nom de notre sécurité des décisions qui restreignent les libertés et impactent fortement la vie sociale et économique. Dans notre système politique pyramidal, ces décisions qui touchent à nos valeurs fondamentales sont prises par le Président et ensuite mises en œuvre par le gouvernement. Ces choix en démocratie devraient pourtant s’appuyer sur un débat public nourri des prises de positions des corps intermédiaires, des institutions scientifiques, des associations, des intellectuels, etc.

L’élection présidentielle impose un débat avant le vote, mais l’essentiel de la vie démocratique est réduit à quelques mois de débats tous les 5 ans et cela ne permet pas de débattre des enjeux qui ne se posent pas au moment de la campagne électorale. La faiblesse de notre système de santé lors de l’épidémie de sars-cov-2 a mis en lumière la faiblesse de notre vie politique, engluée dans la recherche d’un chef idéal, mais incapable de s’articuler autour des enjeux les plus importants pour notre avenir.

Le choix largement majoritaire dans l’opinion publique de la sécurité au détriment de la liberté, que l’on a pu observer lors de la pandémie, conduit avec l’argument de l’efficacité au choix de l’autoritarisme. Le risque est de ne conserver de la démocratie qu’un processus électoral complètement biaisé par le pouvoir économique et les algorithmes numériques. Ensuite, comme dans beaucoup de pays qui ont opté pour le populisme sécuritaire, nous risquons de nous replier sur un nationalisme étriqué. L’autorité d’un pouvoir national fort n’est pourtant pas la solution idéale pour affronter la mondialisation des risques environnementaux et géopolitiques.

Pour aborder ce sujet nous vous invitons à participer au débat du Café Politique de Balma qui aura lieu le jeudi 11 février à partir de 20h30. Pascal Nakache, avocat très engagé aux sein de la LDH-Toulouse, introduira la réunion. 

Toute contribution au débat est la bienvenue. L’adresser à la même adresse lecafepolitique@free.fr Voir aussi le site du Café Politique de Balma : http://lecafepolitique.free.fr/spip.php?rubrique172