Réunion-débat : “Droit de vote pour toutes et tous, français et étrangers”

Droits des étrangers

LDH : Créteil Maisons-Alfort

Date
28/02/2020 - 19h00

Lieu
Centre culturel Madeleine Rebérioux
27 avenue François Mitterand, 94000 Créteil

Ajouter au calendrier : iCal ou webcal ou Google


Réunion-débat : "Droit de vote pour toutes et tous, français et étrangers"

Pour une véritable  citoyenneté de résidence, droit de vote pour toutes et tous, français et étrangers.


 Avec :

Roger Yoba, ancien membre du Conseil consultatif des résidents étrangers de Paris  – CCER- Paris

Bernard Delemotte, Association de soutien à l’expression des communautés d’AmiensASECA / Lettre de la Citoyenneté

Mohamed Ben Saïd, Union des Tunisiens pour l’action citoyenne – UTAC / Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux Rives – FTCR

 Hédi Akkari,  Filles et Fils de la République  – FFR

Modératrice : 

Nadja Djerrah, Ligue des droits de l’Homme – LDH – Section Créteil – Maisons Alfort

Réunion débat soutenue par le Collectif « J’y suis, j’y vote »22 Mars 2020

 

La vie locale est un lieu essentiel de la vie démocratique, les élections en sont des moments importants. Chaque citoyen doit pouvoir contribuer aux décisions prises au nom de l’intérêt général et choisir les personnes qui le représentent. Les organisations  réunies dans le collectif « J’y suis j’y vote » ne peuvent accepter qu’une partie de nos concitoyens, parce qu’ils sont étrangers, n’aient pas la possibilité de participer aux élections communales.

La citoyenneté de résidence

La citoyenneté n’est pas liée uniquement à la nationalité. Certes en France, le droit de vote a été longtemps lié à la nationalité puisque celle-ci définit l’appartenance juridique à un Etat souverain. Mais, depuis 1992 et le traité de Maastricht, des étrangers, ceux de l’Union européenne, ont le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales et européennes, sans condition d’assimilation ou de naturalisation.

La citoyenneté est aussi liée à la résidence, elle est une manière de vivre ensemble sur un même territoire. Dans les villes et les quartiers, les habitants, quelle que soit leur nationalité, sont soumis aux mêmes règles et doivent toutes et tous pouvoir participer à la vie commune. D’ailleurs, dans de nombreux pays, tous les étrangers peuvent participer aux élections locales, leur participation est considérée comme un moyen privilégié d’intégrer la communauté locale.

La citoyenneté ne se limite pas à une élection tous les six ans. De plus en plus souvent, entre deux scrutins, pour des projets d’aménagement, des budgets participatifs…, des communes sollicitent la participation de tous les habitants, étrangers comme Français : consultations citoyennes, référendums locaux…

L’opinion publique française est favorable

Alors qu’il y a 25 ans les sondages donnaient au maximum un tiers d’avis favorables au droit de vote des étrangers aux élections municipales et européennes, l’opinion publique a progressivement évolué dans un sens favorable et, depuis 2006, cette opinion est majoritaire (sondages annuels de la lettre de la citoyenneté qui portent sur l’égalité des droits entre résidents étrangers européens et non européens).

Le 15 mars 2020, votons toutes et tous, français et étrangers