Marche blanche à la mémoire d’Aïssa

Droits des femmes

LDH : Le Mans

Date
08/03/2020 - 15h00

Lieu
Le Mans
8 rue de l’Artois aux Sablons, Le Mans

Ajouter au calendrier : iCal ou webcal ou Google


Marche blanche à la mémoire d'Aïssa

la LDH du Mans appelle toutes celles et tous ceux qui veulent en finir avec les violences sexistes et sexuelles et avec les féminicides à marcher.

Par notre simple présence, sans discours, ni drapeaux, nous rappellerons qu’il n’y a pas de fatalité, que déconstruire le système de domination patriarcale et son lot de violences est l’affaire de notre humanité unique, femme et homme ensemble. 

Chaque jour, dans le monde et dans notre pays en particulier, des femmes sont victimes de violences. En France, une femme meurt tous les 2 jours assassinée par son compagnon ou son ex-compagnon. Qu’elles aient lieu à la maison, au travail ou dans la rue, ces violences ne sont pas une fatalité. Jamais !

  • Avec cette marche, notre silence exprimera notre soutien aux deux filles d’Aïssatou et à ces milliers d’enfants victimes ou co-victimes de ces violences.
  • Avec cette marche, notre silence portera la voix de celles qui ne peuvent plus parler.
  • Avec cette marche notre silence exprimera notre soutien à toutes les femmes, violées, violentées et tuées parce que femmes.
  • Avec cette marche, notre silence exprimera notre soutien à toutes celles qui, parmi nous, cumulent les violences en raison de leur situation de handicap, de vulnérabilité, de leur âge, de leur origine sociale, de leur statut de migrantes, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre ou parce qu’elles sont racisées.
  • Avec cette marche, notre silence portera l’expression de notre exigence d’un monde dans lequel les violences n’ont pas leur place. Les femmes et les enfants, aujourd’hui victimes de violences, peuvent être protégé-e-s. Les femmes et les enfants en danger peuvent être mis-e-s en sécurité. Les criminels doivent être sanctionnés. Par des mesures éducatives renforcées dans tous les secteurs, l’égale dignité entre les femmes et les hommes doit maintenant s’imposer.

Après cette marche, nous continuerons à nous mobiliser pour faire en sorte que les pouvoirs publics prennent enfin des mesures à la hauteur. Les demi-solutions ressassées depuis des décennies ne fonctionnent pas. Le gouvernement doit passer à la vitesse supérieure et débloquer au moins un milliard d’euros contre les violences pour financer des politiques publiques qui touchent l’ensemble de la population.

C’est une exigence.  

Nous sommes, et nous resterons mobilisé-e-s.  

Les politiques publiques doivent suivre…