Appel à rassemblements : “Préfectures, arrêtez de fabriquer des sans-papiers”

Droits des étrangers

LDH : Ile-de-France

Date
01/02/2023 - 15h00

Ajouter au calendrier : iCal ou webcal ou Google


Appel à rassemblements : "Préfectures, arrêtez de fabriquer des sans-papiers"

L’urgence en matière d’immigration ? Ce n’est pas une nouvelle loi qui assimile étrangers et délinquants. C’est le respect des droits et de la dignité des personnes vivant et travaillant en France.

L’urgence, c’est :

• un vrai accueil et des rendez-vous,

• des réponses dans des délais raisonnables,

• le renouvellement sans délai des titres de séjour pour éviter les ruptures de droits,

• l’élargissement des voies de régularisation pour

A l’occasion d’une grande journée d’action dans tous les départements d’Ile de France, les associations dont la LDH, collectifs et syndicats rassemblés dans le Collectif unitaire BOUGE TA PREF exigent des préfectures

• le respect des décisions de justice qui leur enjoignent de mettre en place des alternatives au tout-informatique pour permettre l’accès de tous au service public

• la délivrance de rendez-vous permettant à chacun de renouveler son titre de séjour, d’accéder aux procédures de naturalisation, de déposer un dossier de demande d’un titre de séjour.

• La régularisation de tous ceux qui participent à la vie économique, sociale et culturelle de notre pays. Ces mesures sont possibles dès maintenant, sans nouvelle loi ni titre de séjour au rabais, avec la volonté politique de refuser les contre-vérités et les logiques xénophobes.

RASSEMBLEMENTS DEVANT TOUTES LES PREFECTURES D’ILE DE FRANCE et demandes d’audience de nos délégations le 1er février 2023 à 15h

Malmener les étrangers (maintien dans la précarité, obligation de démarches multiples, injonctions contradictoires, refus d’accueil), c’est malmener en même temps les nationaux (les employeurs, les voisins, les amis, les soutiens, et finalement tout un chacun).

 


Suivez-nous sur :
Soutenez les combats de la LDH

Les droits et les libertés ça n’a pas de prix, mais les défendre a un coût.