Appel à rassemblement pour la Journée des migrants

Droits des étrangers

LDH : Fédération 50

Date
17/12/2021 - 15h00

Lieu
Devant la préfecture
place de la préfecture, 50000 Saint-Lô

Ajouter au calendrier : iCal ou webcal ou Google


Appel à rassemblement pour la Journée des migrants

A l’initiative du collectif 50 pour les droits des étrangers dont la Fédération LDH de la Manche est membre
Avec le soutien d’entrepreneurs et d’élus

A la veille de la journée internationale des migrants nous souhaitons alerter le Préfet de la Manche sur la situation de ces jeunes travailleurs étrangers qui viennent de recevoir un refus à leur demande de régularisation ou à leur demande d’admission exceptionnelle au séjour avec notification d’une Obligation de Quitter le Territoire Français.

Si nous nous réjouissons de voir que la préfecture vient de régulariser Adama Barry après une mobilisation importante nous en connaissons d’autres qui sont dans la même situation et nous ne pouvons nous y résigner

Quel avenir pour ces femmes et ces hommes, qui ont répondu aux attentes de la société d’accueil, qui ont fait l’effort de s’intégrer grâce au soutien des institutions et de collectifs et qui se voient aujourd’hui refuser un titre un séjour ? Combien d’entre elles et d’entre eux montrent aujourd’hui des preuves de réussite de leur intégration : obtention de diplômes, promesses d’embauches dans des métiers où le recrutement est très difficile voire inexistant tel qu’en restauration, bâtiment, maraîchage… Qu’en est il de ces ressortissants afghans qu’un retour dans leur pays plongerait aussitôt dans une situation de grand péril ?

Depuis peu, des voix s’élèvent du côté de ceux, collectifs et institutions, qui ont accompagné dans leur parcours d’intégration ces ressortissants étrangers À l’initiative de Stéphane Ravacley, boulanger à Besançon, le mouvement des Patrons Solidaires a récemment porté au Sénat une proposition de loi qui s’oppose à l’expulsion des jeunes migrants à leur majorité dès lors qu’ils sont en apprentissage.

Comme Omar, comme Adama, combien de jeunes travailleurs et travailleuses dans la la Manche, et partout en France, dont la situation n’a pas la chance de trouver un écho Manche, et partout en France, dont la situation n’a pas la chance de trouver un écho médiatique, sont plongé·e·s dans la précarité et l’indigence parce que ces décisions médiatique, sont plongé·e·s dans la précarité et l’indigence parce que ces décisions administratives leur retirent le droit de travailler ?

Combien de patrons, artisans, maraîchers, restaurateurs… qui ont tant de difficultés à artisans, maraîchers, restaurateurs… qui ont tant de difficultés à trouver des apprentis et de la main d’oeuvre, se voient par ces décisions, eux trouver des apprentis et de la main d’oeuvre, se voient par ces décisions, eux–mêmes mêmes plongés dans l’impasse, dès lors que l’on signifie à leurs employés qu’ils ne peuvent plongés dans l’impasse, dès lors que l’on signifie à leurs employés qu’ils ne peuvent plus honorer leurs engagements ? Car qui peut aujourd’hui ignorer la difficulté de ces métiers à trouver du personnel ?

Face aux difficultés de recrutement, ce sont les voix des patrons de petites entreprises qui s’élèvent pour alerter l’État qui s’élèvent pour alerter l’État : ces personnes sont indispensables ! En France, 70 % % des Très Petites Entreprises (TPE) et des Petites et Moyennes Entreprises (PME) ont des difficultés pour trouver de la main d’oeuvre. Un tiers des emplois non pourvus le sont depuis plus de 6 mois, et beaucoup de ces entreprises sont ainsi menacées de disparaître.

Par ailleurs, A l’instar de ces 440 élus locaux, qui ont signé le 22 octobre une Tribune dans le Monde pour interpeller l’État sur la situation des jeunes travailleurs migrants, nos élus souhaitent également apporter leur soutien à cette mobilisation à travers des parrainages républicains et alerter l’État.

Lire la suite