Rassemblement : “Non à l’esplanade Pierre Sergent ! Refusons la falsification de l’histoire franco-algérienne !”

Libertés et démocratie

LDH : Perpignan

Date
29/10/2022 - 11h00

Lieu
Place Molière
place Molière, Perpignan

Ajouter au calendrier : iCal ou webcal ou Google


Rassemblement : "Non à l'esplanade Pierre Sergent ! Refusons la falsification de l'histoire franco-algérienne !"

La LDH 66 vient d’apprendre la décision du Conseil municipal de Perpignan, voulue par le président adjoint du Rassemblement national, ex FN, Louis Aliot, de donner le nom de Pierre Sergent à une place.

Elle dénonce avec vigueur cette décision qui ne fait que ranimer les rancœurs d’une histoire pourtant bien douloureuse.

Quel qu’ait été le parcours de Pierre Sergent il ne peut être détaché de celui de l’OAS, organisation terroriste et criminelle dont il fut le fondateur et l’acteur de premier plan.

Les méfaits de l’OAS sont hélas bien connus : 71 morts et 394 blessés en Métropole et environ 2.200 tués et plus de 5.000 blessés dans les territoires algériens. L’OAS a organisé 750 attentats sur le sol métropolitain, politique de terreur avec plus de 100 attentats perpétrés en Algérie. Pierre Sergent a participé activement aux guerres coloniales en Algérie en Tunisie et en Indochine pour s’opposer à leur indépendance. L’amnistie obtenue en juin 1968 ne peut réécrire l’Histoire. La colonisation est un crime contre l’Humanité et Pierre Sergent en a été un agent actif en utilisant la terreur.

Louis Alliot et son conseil municipal continuent à commémorer ces faits qui sont dans la droite ligne de ce qui a été commis à Perpignan début juillet lors de la commémoration des accords d’Evian.

Pour les personnes d’origine algérienne, pour celles et ceux qui ont souffert en se libérant du colonialisme, vivant dans notre ville, nous dénonçons cette politique mémorielle sélective qui oublie une grande partie des acteurs de cette guerre.

La LDH 66 dénonce ces actions et sera toujours présente pour défendre la Démocratie, et les valeurs républicaines comme elle l’a fait lors le 3 juillet dernier au Casals.

Elle s’oppose et s’opposera toujours à la surenchère mémorielle de l’extrême-droite et rappellera sans cesse que l’histoire ne se résume pas à ses positions partisanes  mais qu’elle concerne l’ensemble des populations qui ont en été les acteurs.

Elle appelle à s’opposer à ces commémorations, Perpignan mérite mieux que cela.