écrits pour la fraternité – Cat. Autres oeuvres : 1er prix collectif oeuvres vidéograhiques

2016-2017

« Du pain en tant de paix est meilleur que du gâteau en temps de guerre »

 

Un monde qui a faim de paix

 

 

Spectacle

 

Tableau 1 : la guerre est dans nos villes.

 

Deux bandes rivales s’affrontent.

Danses de rue (Musique : Instrumental Eminem Not afraid hip-hop / rap)

C’est l’hécatombe. (Ils se couchent sur le sol)

Des voix s’élèvent

“La guerre est dans nos villes” (entrée sur scène de Louison, Kevin, Sophie, Taïna)

– Pointe-à-Pitre

– Détroit

– Saint-Denis

– Bagdad

– Alep, Alep, Alep, Alep

Danse de Louison, Liam et Lauren (musique : Emotional beat : rap instrumental)

 

La bataille de paix

Les hommes se battaient, enragés,

Fonçaient sur l’ennemi pour gagner.

Ils étaient heureux de ne pas avoir que de l’eau,

Ils avaient droit au gâteau.

Après chaque guerre,

Les hommes tombaient à terre,

Les jours passaient

Et les hommes mouraient.

Marc avait une vie paisible

Mais il se croyait de plus en plus invisible.

Il n’était pas serein

De manger toujours du pain

Cat il n’avait pas beaucoup de moyens.

Marc mangera du pain tous ces jours prochains

Mais ne se plaignant pas car il était en paix.

Poème écrit par Lauren, interprété par Liam

 

Tableau 2 : Un monde affamé de paix

 

Entrée d’Axel (extrait traduit en français de Imagine de John Lennon)

“Imagine qu’il n’y ait aucun pays

Ce n’est pas dur à faire,

Aucune cause pour laquelle tuer ou mourir, aucune religion non plus,

Imagine tous les gens

Vivant leur vie en paix …

Tu peux dire que je suis un rêveur

Mais je ne suis pas le seul”

 

Entrée des élèves représentant les prix Nobel

Les rêveurs ! Nobels de la paix !

 

– MANDELA (Kevin)

“Moi, Nelson Mandela, j’ai rêvé de paix pour mon pays. Dans une Afrique du Sud déchirée par l’apartheid, la ségrégation entre blancs et noirs, la domination des forts sur les faibles, j’ai élevé la voix. Condamné à la prison et aux travaux forcés, j’ai continué à porter ce rêve et je l’ai concrétisé en devenant plus tard le premier président noir d’une Afrique du Sud démocratique.”

 

– WALESA (Remy)

“Solidarnosc ! Solidarité et liberté, refus de toute forme d’oppression, tel fut mon rêve pour la Pologne. Je suis Lesh Walesa et, aux côtés d’hommes et de femmes de bonne volonté, j’ai contribué à construire la paix dans mon pays.”

 

– EBADI (Mahalya)

“Oui, les femmes sont elles aussi au combat dans le monde. Je suis Shirin Ebadi, iranienne. Je fus la première femme à devenir juge en Iran. En 1979, à cause de la révolution iranienne, j’ai dû abandonner mon poste car des religieux conservateurs ont limité le rôle des femmes. J’ai enseigné le droit à l’Université de Téhéran et je rêve d’une vraie égalité entre les hommes et les femmes.”

 

– MAATHAI (Sophie)

“Qu’elle est belle notre planète Terre ! Qu’elle est belle l’Afrique ! Je suis Wangari Maathai. Pour moi, le développement durable n’était pas seulement un rêve : j’ai créé le mouvement de la ceinture verte afin de préserver nos terres. Je me suis battue pour la démocratie en m’engageant corps et âme.”

 

– SATYARTHI (Mendy)

“Qu’aucun enfant ne se voit voler son enfance, qu’aucune famille ne soit réduite en esclavage … tel est mon rêve et mon combat. C’est pourquoi moi, Kalash Satyarthi, j’ai fondé en Inde le “Mouvement pour sauver l’enfance” afin que tout enfant ait droit à la vie et à l’éducation.”

 

– YOUSAFZAI (Taïna)

“Mes amis, il n’y a pas d’âge pour s’engager. Je suis Malala Yousafzai et mon pays est le Pakistan. A l’âge de 13 ans, j’ai créé un blog afin de dénoncer le sort des femmes ainsi que la destruction des écoles. Oui, je rêve et je milite pour que les jeunes filels reçoivent une éducation, qu’elles aillent à l’école. On a essayé de me tuer pour cela mais je rêve encore et je le dis au monde entier.”

 

– SANTOS (Titouan, 402)

“Mon pays était meurtri par la guerre civile depuis tant d’années. Tous, nous aspirions à la paix. Mais la paix n’est pas qu’un doux rêve, c’est un combat, une construction. En tant que Président de la Colombie, il fallait que je propose un accord aux FARCS pour que nous vivions ensemble et pansions les plaies de notre beau pays. D’autres que moi, Juan Manuel Santos, s’affairent dans le monde pour panser d’autres plaies, sauver, protéger. Hommage aux casques blancs d’Alep, hommage aux casques bleus de l’ONU…”

 

 

Tableau 3 : Alep

(entrée de Mitch, Claudya-Marie, Sweyna, Josua et Parys)

 

Complainte pour Alep

 

Alep, Alep

Toi que j’aime tant

Ta vieillesse, ta gloire et ta beauté,

Toutes ces choses qui nous font saliver.

Malheureusement, des traitres te tuent lentement

Te détruisent, te torturent constamment,

Ravagée par tous ces bombardements

Nous te plaignons, nous te soutenons,

Ton corps détruit, ton âme meurtrie

Tarit notre vie.

Cette guerre t’achève

Et tes protégés crèvent

Toi, ville,

Tu succombes sous les décombres,

Tu pleures et tu cries.

Le soir,

Tout bruit devient sang dans tes abris

Et pendant que nous, on rit

Qu’on continue à vivre notre vie,

Toi tu te désoles et tu pleures

Dans la misère et le sol

Et notre triste réalité est telle

Qu’on ne peut vivre sans elle.

J’ai essayé maintes fois

De fermer les yeux

Mais je n’ai vu que des femmes,

Des enfants, des parents,

Se faire tuer,

Alors qu’ils ne leur ont rien demandé.

Complainte écrite et interprétée par Parys, accompagnement musical Imagine joué au piano par le professeur de musique

 

Tableau 4 : le droit à la vie (extraits de Déclarations et Conventions)

 

Franck-Olivier : “Déclaration Universelle des droits de l’homme 1948. Préambule. Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la Liberté, de la Justice et de la Paix dans le monde.”

Anthony : “Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamée comme la plus haute aspiration de l’homme.”

Edwyn : “Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.”

Franck-Olivier : “Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement de relations amicales entre nations (…).”

Anthony : “Article 3.”

Tous : “tout individu a droit à la vie (A LA VIE), à la liberté (A LA LIBERTE) et à la sûreté de sa personne (A LA SURETE DE SA PERSONNE).”

Edwyn : “Convention de Genève, 1949. Règle 1 : les parties en conflit doivent en tout temps faire la distinction entre civils et combattants. Les attaques ne peuvent être dirigées que contre des combattants. Les attaques ne peuvent être dirigées contre des civils.”

Franck-Olivier : “Règle 135 : les enfants touchés par les conflits armés ont droit à un respect et à une protection particuliers”.

Anthony : “Règle 136 : les enfants ne doivent pas être recrutés dans des forces armées ni dans des groupes armés

Edwyn : “Règle 137 : les enfants ne doivent pas être autorisés à participer aux hostilités”.

Franck-Olivier : “Convention relative aux droits de l’enfant. 20 novembre 1989. Reconnaissant qu’il y a dans tous les pays du monde des enfants qui vivent dans des conditions particulièrement difficiles et qu’il est nécessaire d’accorder à ces enfants une attention particulière (…)”.

Anthony : “Article 6 : les états parties reconnaissent que tout enfant a un droit inhérent à la vie”.

Tous : “Tout enfant a un droit inhérent à la vie (A LA VIE).”

 

Tableau 5 : l’équilibre fragile de la paix.

 

Acrosport (musique : instrumental Les Derniers Mohicans d’Alejandro Querevalù)

 

Tableau final : chant Imagine

 

 

Imagine there’s no heaven

It’s easy if you try

No hell below us

Above us only sky

Imagine all the people

Living for today …

 

Imagine there’re no countries

It isn’t hard to do

Nothing to kill or die for

And no religion too

Imagine all the people

Living life in peace …

You may say I’m a dreamer

But I’m not the only one

I hope someday you’ll join us

And the world will be as one

 

Imagine no possessions

I wonder if you can

No need for greed or hunger

A brotherhood of man

Imagine all the people

Sharing all the world ..

 

(Refrain en créole)

Ou pé di an ka révé

Mé an séten an pa tousél

An té vlé nou jouenn on jou

E ké nou tout pé viv ansanm

 

 

2 classes de 4ème

Cité scolaire d’excellence sportive, Abymes (Guadeloupe) – LDH Guadeloupe Pointe-à-Pitre

Institutrice : Madly Michels

 

Share This