écrits pour la fraternité – Cat. 7 : 1er prix individuel

2016-2017

« Du pain en tant de paix est meilleur que du gâteau en temps de guerre »

 

Du pain pour les migrants

 

Ayoub est un garçon qui habite au Soudan du sud. Son pays est en guerre depuis 4 années. Il habite avec son père, sa mère et son petit frère. C’est dur pour eux car toute la famille a peur de se faire tuer. Ils ne sortent jamais. Entre voisins, les familles s’aident pour s’apporter à manger. Pas très loin de chez eux, il y a un pâtissier qui fait des gâteaux excellents. De temps en temps, la mère d’Ayoub ou les voisins vont acheter un gâteau à l’arachide qu’ils partagent tous autour d’une table. Ces moments-là leur rappellent les bons après-midis qu’ils passaient avant le début de la guerre. Mais maintenant, le gâteau n’a pas le même goût car ils entendent le bruit des bombardements.

La famille d’Ayoub décide de partir vers l’Espagne. Les parents pensent que c’est mieux pour leurs enfants de grandir dans un pays en paix.

Ils paient un passeur qui va les faire passer du Soudan à la Lybie et à l’Algérie. Dans le désert algérien, ils dorment plusieurs nuits dehors et paient encore pour que d’autres passeurs leur apportent le matériel pour construire un bateau.

Plusieurs fois, ils ont essayé de mettre le bateau dans l’eau mais celui-ci a coulé. Au bout de 6 essais, le bateau est prêt à naviguer. La famille d’Ayoub part la nuit pour ne pas se faire repérer par l’armée.

La traversée est difficile, l’eau commence à entrer entre les planches du bateau. Il y a du vent, de grosses vagues. Les enfants ont peur mais ils ne disent rien, comprennent qu’ils sont obligés de traverser la mer pour arriver dans un endroit en paix. Ils voient enfin la côte d’Espagne, ils ne sont plus qu’à 100 mètres du pays. Mais le moteur du bateau s’arrête. Le père tire sur le lanceur plusieurs fois mais il ne peut plus démarrer. Les parents décident pour toute la famille de continuer à la nage. Dans l’eau, le petit frère s’accroche parfois au dos de son père, parfois au dos de sa mère. Au bout d’une heure, ils arrivent au bord de la plage. Ils ont très faim, ils partent dans la ville, ils voient une maison avec une croix rouge et tapent à la porte. Un monsieur vient leur ouvrir, il est surpris de les voir dans cet état. Il les fait entrer et leur donne des serviettes et des habits de rechange. Le monsieur de la Croix Rouge leur demande ce qu’ils voudraient manger. La maman et le papa n’osent pas demander un repas, ils demandent juste quelques tranches de pain. Ce pain a très bon goût dans un pays accueillant et en paix.

 

Simon Caldaras, IME Les Troènes, Toulouse – LDH Toulouse

Institutrice : Dominique Hannouz

 

 

 

Share This