Pour que cessent les violences faites aux femmes

Communiqué LDH

 

La Ligue des droits de l’Homme appelle à participer, partout en France, aux mobilisations prévues demain pour la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes. Le silence qui dominait est aujourd’hui mis à mal par la parole des femmes. Partout dans le monde, cette libération élargit enfin la visibilité de tout ce dont elles sont victimes, des crimes les plus graves aux agressions les plus banalisées. Plus que jamais, filles, femmes, doivent pouvoir vivre à l’égal des hommes, dans une société respectueuse de leurs droits et de leur dignité.

Pour atteindre cet objectif, il faut que :

- face aux viols, agressions et atteintes sexuelles, tout témoignage, toute plainte, toute constatation soit traitée avec le sérieux attendu comme pour tout autre crime. Les faits rapportés doivent être recueillis par la police et les médecins, et entendus par la justice avec le respect et l’attention dus aux victimes. Des actions de formation et de sensibilisation des juges, des policier-e-s et gendarmes sont notamment à développer à la hauteur des besoins rendus visibles ces dernières semaines. Les dispositions prévues par la loi doivent pleinement s’appliquer pour protéger les victimes et sanctionner les auteurs de ces crimes et délits ;

- les harcèlements dont les femmes sont la cible sont inacceptables et ils le sont partout : au travail, à l’université, dans le sport, dans la rue et les transports, au sein de la famille comme dans le couple. Ils sont à l’œuvre dans tous les milieux sociaux, parmi toutes les générations, et relèvent d’une seule et même idéologie patriarcale profondément réactionnaire, méprisante et hostile à l’égalité.

Comme pour tous les autres délits, il s’agit de penser et de mettre en œuvre les politiques d’information, d’éducation, de réparation, de répression qui font sens et sont cohérentes, avec un seul objectif, une seule priorité : que ces violences cessent !

Le 25 novembre est l’occasion de s’engager durablement pour que plus aucune voix en détresse ne sombre dans le silence de l’indifférence. L’occasion de redonner, ensemble, force à ce combat pour la dignité et l’égalité.

 

Paris, le 24 novembre 2017
Télécharger le communiqué au format PDF

Share This