Bahreïn : le secrétaire général adjoint de la FIDH, enfin libre !

La FIDH et 46 de ses organisations membres du monde entier célèbrent aujourd’hui la libération de leur secrétaire général adjoint Nabeel Rajab. Après avoir passé près de quatre ans en détention arbitraire en relation avec des tweets et des interviews avec la presse qui critiquaient le bilan du Bahreïn en matière de droits humains, il a finalement été libéré mardi 9 juin de la prison de Jaw sur une peine non privative de liberté.

«  La libération de Nabeel est une nouvelle fantastique – le résultat d’un combat collectif et acharné du mouvement des droits humains dans son ensemble. Nous rappelons cependant qu’il n’aurait jamais dû être emprisonné et que sa peine non privative de liberté n’équivaut pas à une liberté totale.  »

Alice Mogwe, présidente de la FIDH

Nabeel Rajab est le co-fondateur et le président du Bahrain Center for Human Rights (BCHR), ainsi que le directeur fondateur du Gulf Centre for Human Rights (GCHR). En mars 2020, il a été réélu au poste de secrétaire général adjoint de la FIDH. Il a été l’un des plus ardents défenseurs des droits humains au Bahreïn, dénonçant notamment la torture des détenus de la prison de Jaw et exposant le meurtre de civils au Yémen par la coalition dirigée par les Saoudiens. Il a fait l’objet d’un harcèlement judiciaire continu, et a été arbitrairement détenu du 13 juin 2016 jusqu’à sa libération mardi 9 juin 2020.

Au cours des quatre dernières années, la FIDH, aux côtés de ses organisations membres, s’est mobilisée pour sa libération par des déclarations publiques, des missions d’observation de procès, un plaidoyer international, des campagnes de sensibilisation, ainsi que des résolutions de la FIDH sur les défenseurs des droits humains détenus arbitrairement – adoptées lors du 39e Congrès de la FIDH à Johannesburg en 2016 et du 40e Congrès à Taipei en 2019.

«  La libération de Nabeel nous donne de l’espoir et doit ouvrir la voie à la libération d’autres défenseurs des droits humains emprisonnés : Abdulhadi Al-Khawaja et Naji Fateel, qui ont été emprisonnés arbitrairement pendant bien trop longtemps, doivent maintenant être libérés. Nous continuerons à demander que justice et leurs droits leurs soient rendus.  »

Secrétaire-général de la FIDH, Shawan Jabarin

En 2018, le Bahreïn a introduit une nouvelle législation permettant à ses tribunaux de convertir les peines de prison en peines non privatives de liberté. Au cours des derniers mois, des centaines de prisonniers ont été libérés, mais Nabeel Rajab est le seul défenseur des droits humains à avoir été libéré à ce jour. Ses conditions non privatives de liberté doivent encore être clarifiées.

Signé par :

Ligue des droits de l’Homme (LDH) (France)
HRM “Bir Duino -Kyrgyzstan”
The Human Rights Center, Georgia (HRC)
Lawyers for Human Rights (South Africa)
La Ligue Ivoirienne des Droits de l’homme (LIDHO)
Commonwealth Human Rights Initiative (CHRI) (India)
Al-Marsad – Arab Human Rights Centre in Golan Heights
The Palestinian Human Rights Organization (PHRO)
Mouvement Ivoirien des Droits Humains (MIDH)
The Gulf Centre for Human Rights (GCHR)
Ligue de Défense des Droits de l’Homme en Iran (LDDHI)
Armanshahr|OPEN ASIA (Afghanistan)
Internationale Liga für Menschenrechte (Germany)
Odhikar (Bangladesh)
Liga Voor de Rechten Van de Mens (The Netherlands)
Human Rights Commission of Pakistan
Vietnam Committee on Human Rights
Foundation for Human Rights Initiative (FHRI) (Uganda)
Cairo Institute for Human Rights Studies – CIHRS (Egypt)
Damascus Center for Human Rights Studies (Syria)
The Finnish League for Human Rights
APRODEH (Peru)
INREDH (Ecuador)
Anti-Discrimination Centre Memorial (Russia)
APDHE (Spain)
CALDH (Guatemala)
Human Rights Association (İHD)
CEDAL-Centro de Derechos y Desarrollo (Perú)
La Ligue Burundaise des droits de l’homme Iteka
La ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme (LCDH)
League for Defence of Human Rights – LADO (Romania)
Réseau national de défense des droits de l’Homme (RNDDH) (Haïti)
Ligue suisse des droits de l’Homme (LSDH) (Switzerland)
Comité de Accion Jurídica (CAJ) (Argentina)
DITSHWANELO – The Botswana Centre for Human Rights
ALTSEAN-Burma
Peoples Watch (India)
Human Rights Foundation of Turkey (HRFT-TIHV) (Turkey)
Amman Center for Human Rights Studies (ACHRS)
Al-Haq (Palestine)
Al Mezan Center for Human Rights (Palestine)
Palestinian Center for Human Rights (PCHR)
Egyptian Initiative for Personal Rights (Egypt)
Civil Society Institute (CSI) (Armenia)
Comisión Ecuménica de Derechos Humanos (CEDHU) (Ecuador)
Bahrain Center for Human Rights (BCHR)

Souhayr Belhassen – FIDH Honorary President
Karim Lahidji – FIDH Honorary President
Patrick Baudouin – FIDH Honorary President
Laurent Munyandilikirwa – Défenseur des droits humains

Share This