Atlas géopolitique des Balkans. Un autre visage de l’Europe, Amaël Cattaruzza et Pierre Sintès, préface de Michel Foucher, Autrement, 2016 (2e édition)

 

 

La nouvelle édition de l’Atlas des Balkans, qui fait le point sur les dernières évolutions de cette région depuis la disparition de la Yougoslavie, a connu d’importants changements. L’axe de cette évolution est résolument l’Union européenne : adhésion à l’UE de la Slovénie (2004), de la Roumanie et de la Bulgarie (2007), de la Croatie (2013) enfin, par la reconnaissance du statut d’État candidat pour la Serbie (2012). Sensibles à l’approche historique, les auteurs ne se contentent pas de présenter les bouleversements les plus récents de cette région européenne : le lecteur découvrira les trajectoires historiques des sociétés balkaniques qui éclairent d’une part « un substrat sociologique commun, un ensemble de représentations, de discours, de mécanismes sociaux ou politiques partagé par les habitants du Sud-est de l’Europe », d’autre part les recompositions et la construction des États nationaux. Au-delà, l’atlas offre également les clés de compréhension d’une actualité plus large, en intégrant par exemple la crise politique et économique de la Grèce ou les nouveaux parcours des migrants pour entrer dans l’UE. Le parti-pris des auteurs est justement d’inscrire cette région dans un courant plus général de l’évolution de l’Europe et du monde, de ne pas la considérer comme un territoire « à part » selon les imaginaires forgés au début du 20e siècle qui le distinguent – à l’instar de l’Orient – de l’Europe occidentale. Or, c’est bien d’un « autre visage de l’Europe » qu’il s’agit, d’un « produit singulier de processus qui n’en concerne pas moins l’ensemble du continent ». À lire et relire pour les Balkans, l’Europe.

E.T.

Share This