Appel : pour faire avancer l’égalité femmes-hommes, la France doit investir dans les droits sexuels et reproductifs

Appel signé par Malik Salemkour, président de la LDH

Dans  toutes  les  régions  du  monde,  à  des  degrés  divers,  les  droits et la santé sexuels et reproductifs (DSSR) des femmes sont menacés. Une femme sur trois subit à un moment de sa vie des violences physiques ou sexuelles. Chaque année, dans les pays en développement, environ 300 000 femmes et jeunes filles meurent de causes évitables liées à la grossesse et à l’accouchement, et 214 millions de femmes ont toujours un besoin non satisfait en contraception.
Or,  ces  droits  sont  une  condition  nécessaire  à  l’égalité  entre  les femmes  et  les  hommes,  puisqu’ils  sont  la  première  étape  de  l’autonomisation  des  femmes  et  des  jeunes  filles.  Tant  que  les  DSSR
de  toutes  ne  seront  pas  garantis,  l’égalité  restera  un  objectif  lointain. Les femmes et les filles n’ont toujours pas la possibilité de faire valoir  leurs  droits  et  de  réaliser  leur  potentiel,  uniquement  parce qu’elles  sont  des  femmes  et  des  filles.  Elles  effectuent  66%  du travail  mondial  et  produisent  50%  de  la  nourriture  mais  ne  récoltent  que  10%  des  revenus  et  ne  détiennent  que  1%  des  titres  de
propriété.
Bien  que  les  inégalités  se  réduisent  légèrement  depuis  plusieurs décennies  sous  l’effet  d’un  travail  sans  relâche  de  certains  gouvernements,  de  nombreuses  associations  et  de  membres  de  la
société civile, des forces conservatrices n’hésitent aujourd’hui plus à  remettre  en  question  les  droits  humains  et  ralentissent  les  progrès en matière de droits des femmes. Elles risquent même de faire
régresser la situation si les acteurs et actrices qui soutiennent l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes ne se mobilisent pas de façon plus intense et plus coordonnée.

Nous, citoyen-ne-s, organisations de la société civile, parlementaires, appelons le Président de la République française et l’ensemble du gouvernement à :

1. Financer massivement des politiques et des projets qui promeuvent les droits et la santé sexuels et reproductifs, pierre angulaire des droits des femmes

2. Systématiser l’approche genre dans l’ensemble des politiques et des programmes

3. Défendre les droits des femmes dans toutes les relations diplomatiques

 

Lire l’appel

Signer la pétition en ligne

Share This