Réfugié-e-s à la frontière algéro-marocaine, la fin de l’impasse

Communiqué d’EuroMed Droits

 

Ce 20 juin 2017, les autorités marocaines ont annoncé la prise en charge de la protection des 13 familles syriennes bloquées à la frontière algéro-marocaine depuis le 18 avril 2017. EuroMed Droits salue cette initiative. Les associations resteront vigilantes à ce que les droits de ces réfugié-e-s soient respectés dans leurs démarches à venir.

 

Il aura fallu deux mois pour que les 28 personnes, dont 10 enfants, parmi lesquelles des personnes malades, se voient autorisées à sortir de la zone de non droit dans laquelle elles étaient laissées depuis plus de deux mois, prises en otage d’un conflit territorial larvé entre l’Algérie et le Maroc.

EuroMed Droits exprime son soulagement vis-à-vis d’une situation qui n’avait que trop duré. Nous saluons la mesure prise par les autorités marocaines. EuroMed Droits souligne la solidarité associative et les solidarités individuelles sans faille en faveur de ces personnes qui illustre la disposition des populations à accueillir les réfugié-e-s, dans cette région comme ailleurs.

Malgré l’absence d’une loi sur l’asile, ces personnes doivent bénéficier d’un titre de séjour et d’un accès à leurs droits économiques, sociaux, civils et politiques.

Nos organisations notent la mention par les autorités marocaine d`une mesure exceptionnelle à titre humanitaire.

EuroMed Droits encourage fortement les autorités marocaines à poursuivre les réformes engagées dans le cadre la politique migratoire initiée en septembre 2013, en adoptant le plus rapidement possible une loi sur l’asile. Seuls des cadres et des procédures clairs, inscrits dans le droit commun concernant le traitement des demandes d’asile et l’accueil des personnes, permettront de respecter les droits des réfugié-e-s au Maroc.

Share This