Un nouveau délit de solidarité

La Ligue des droits de l’Homme déplore le renvoi de Romain Binazon, porte-parole des sans papiers de Paris, devant le Tribunal correctionnel de Bobigny le 24 septembre prochain, après son arrestation dans un avion en partance pour Cotonou le 24 août.

La prévention de rébellion et d’incitation à la rébellion, pour s’être indigné de la manière dont sont expulsés les étrangers non admis, ne peut que renforcer la LDH dans sa lutte contre le délit de solidarité.

Depuis plus de six mois, les protestations de passagers se multiplient au moment où le ministère de l’Intérieur fait embarquer, menottées et entravées, des personnes expulsées. Quasi systématiquement, ceux qui manifestent leur indignation contre ce qu’ils perçoivent comme des mesures et un comportement indignes d’un Etat de droit sont placés en garde à vue, traduits devant les tribunaux et parfois même condamnés.

La LDH appelle l’ensemble des citoyens à la plus expresse vigilance sur ces dérives. Elle réclame du gouvernement la remise en cause de sa politique à l’égard des étrangers.

Elle continuera à soutenir ceux qui témoignent de leur responsabilité de citoyens en agissant comme vient de le faire, après beaucoup d’autres, le porte-parole des sans papiers de Paris.

Paris, le 28 août 2003

Share This