Lettre ouverte adressée au Président de la République

Lettre sur la situation des détenus de Gafsa, qui doivent comparaître pour un procès en appel le 13 janvier 2009.
Monsieur le Président de la République Française,

Les relations historiques, culturelles, linguistiques, qui unissent la France et la Tunisie sont enracinées
et anciennes, prolongées au niveau européen notamment par des Accords de partenariat.
A l’heure du soixantenaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme de 1948, à la rédaction
de laquelle la France a pris une part active par René Cassin, les conditions de traitement des citoyens tunisiens de
la ville de Gafsa ne peuvent que nous interpeller et nous indigner collectivement.
Nous, signataires de cette Lettre, tenons à attirer solennellement votre attention sur la situation des
détenus de Gafsa, qui doivent comparaître pour un procès en appel demain 13 janvier 2009.
L’attention du Ministre des affaires étrangères a été attirée sur ce dossier par une lettre du 28 octobre
2009 des Secrétaires Généraux des Confédérations Syndicales, à laquelle il n’a pas à ce jour apporté de réponse.
Les ONG (FIDH, LDH, Amnesty International,…), des Parlements (Congrès des Etats Unis
d’Amérique,…) publient chaque année des rapports, décrivant un état des lieux inquiétant quant à la situation du
non respect de l’indépendance de la justice et des libertés publiques en Tunisie.
Nous apportons notre soutien à toute initiative manifestant la solidarité envers les Tunisiens, victimes de
cet état de fait inacceptable, notamment aux rassemblements en France, ou aux délégations présentes aux procès
qui se tiendront à Gafsa.
Nous vous demandons que vous indiquiez aux autorités tunisiennes votre attention et votre inquiétude
quant au traitement réservés à ces détenus, attention au respect des droits garantis par les textes nationaux et
internationaux engageant l’Etat Tunisien.
Nous sollicitons que vous nous receviez en urgence en délégation afin que nous puissions vous
présenter des éléments sur la situation de ces détenus et de leurs familles.
Nous contribuerons et nous associerons prochainement à une large campagne d’information des
citoyens français et européens sur ces atteintes aux principes universels portés depuis toujours par la République
française, patrie des droits de l’homme.
Et d’ores et déjà nous interpellons les Présidents et membres des institutions françaises et européennes
(Présidents des Assemblées et Commissions, des Groupes Parlementaires, françaises, ainsi que la Présidence du
Parlement, et de la Commission Européenne).
Nous restons dans l’attente d’un retour de votre part et dans l’attente d’une prochaine rencontre, nous
rendons publique cette lettre. Vous assurant de l’expression de nos salutations républicaines.

Premiers Signataires :
Partis Politiques : PCF (Le Parti Communiste Français) – PS (Le Parti Socialiste) – Les Verts.
Associations : AMF (Association des Marocains de France) – ATF (Association des Tunisiens de France) – ATF Paris
(Association des Tunisiens de France – Paris) – ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins en France) – ATTAC
France – CEDETIM (Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale) – CORELSO (Comité pour le Respect
des Libertés et des Droits de l’Homme au Sahara Occidental) – CRLDHT (Comité pour le Respect des Libertés et des
Droits de l’Homme en Tunisie) – FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives) – LDH (Ligue des
Droits de l’Homme) – MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples) –– Syndicat de la
Magistrature – UTIT (Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens).

Paris, le lundi 12 janvier 2009

Share This