La mairie de Vallauris ne doit pas censurer l’exposition de Zineb Sedira

Communiqué de l’Observatoire de la liberté de création

Le maire de Vallauris vient de procéder à une censure inadmissible en censurant l’intégralité de l’exposition de Zineb Sedira au musée Picasso de Vallauris. L’une des vidéos exposées, Retelling Histories : My mother told me, a présenté un problème de traduction que l’artiste s’apprêtait à corriger. En effet, Zineb Sedira y interroge sa mère sur ses origines, la guerre d’Algérie et son arrivée en France. Dans un sous-titre où sa mère parle des harkis, l’artiste avait traduit « harki » par « collaborateur ».

Suite à la demande de Maurice Frechuret, directeur du musée, alerté par l’association Harkis et droits de l’Homme, et par souci d’apaisement, l’artiste avait accepté de modifier le sous-titrage en remplaçant le mot collaborateur par le mot harki.

Avant même que la nouvelle version soit mise en place avec modification du sous-titrage, l’exposition a été fermée sur ordre du maire. Cette mesure est totalement disproportionnée et porte atteinte à la liberté de création et aux droits de l’artiste.

L’Observatoire de la liberté de création demande que l’exposition de Zineb Sedira soit ouverte à nouveau au public et présente l’œuvre vidéo Retelling Histories : My mother told me avec la modification acceptée par l’artiste. Il suggère que des débats soient organisés par la mairie avec l’association Harkis et droits de l’Homme afin que Zineb Sedira puisse faire valoir son point de vue, hors de toute censure.

Paris, le 29 avril 2010.

Organisations membres de l’Observatoire :

Acid, Association du cinéma indépendant pour sa diffusion

Aica France

Cipac, Fédération des professionnels de l’art contemporain

Fraap, Fédération des réseaux et associations d’artistes plasticiens

Groupe 25 images

Ligue des droits de l’Homme

SFA, Syndicat français des artistes interprètes

SGDL, Société des gens de lettre

SRF, Société des réalisateurs de films

UGS, Union Guilde des scénaristes

Share This