La LDH soutient le film « Une affaire de nègres »

Le titre est ironique : ce que montre ce film est justement l’affaire de tout le monde, une question de droit universel. Avec en bande-son le concerto pour clarinette de Mozart et pas du balafon, parce que la musique aussi est universelle, et renvoyer en écho à Out of Africa qui avait la même bande son mais qui montrait une Afrique de carte postale.Ce qu’il faut à l’Afrique, ce n’est pas la « démocratie tropicalisée » mais la démocratie. Osvalde Lewat a choisi de le montrer en racontant l’histoire, qu’elle n’a comprise que progressivement, du Commandement opérationnel créé en 2000 par le chef de l’État camerounais. En théorie il s’agissait de lutter contre la recrudescence du banditisme et la population y était favorable. En réalité c’est un véritable escadron de la mort qui a sévi pendant un an, développant la délation et la concussion et semant sauvagement derrière lui, à l’aveugle, plus d’un millier de cadavres. L’opinion internationale s’étant quelque peu émue, l’escadron a été dissous et une enquête ordonnée, pour la forme.

Une seule affaire a été portée à la justice, celle des neuf disparus de Bépanda. Avec pour résultat une parodie de procès, les militaires libérés et un appel qui court toujours. Alors on voit et on entend un avocat des droits de l’Homme, le défenseur des familles de victimes, Me Jean de Dieu Momo, dont les enfants sont menacés de mort ; des journalistes, hommes politiques, un rescapé, les familles des disparus qui souffrent de ne pas avoir pu enterrer leurs fils ou leurs maris assassinés, de ne pas avoir vu leurs corps. Une jeune femme qui se débat dans la misère avec ses trois enfants, un père qui a vu achever son fils blessé sous ses yeux, un autre qui reste assis toute la journée devant chez lui pour attendre son fils.

Et surtout l’extraordinaire Rigobert, ancien de l’escadron, qui est pris d’une véritable transe et revit dans une scène nocturne hallucinante l’allégresse de la tuerie.

Aujourd’hui certaines familles ont abandonné les poursuites, par lassitude, pour oublier, ou parce que leur silence a été acheté. Les élections sont truquées, le président est président depuis 1982, la peur règne toujours, et dans ce climat sécuritaire la plupart des Camerounais interrogés disent souhaiter le retour du Commandement opérationnel pour que l’ordre règne de nouveau à Douala et à Yaoundé. L’impunité a encore de beaux jours devant elle.

C’est un film fort et honnête, sans pathos mais poignant, qui pose de manière très juste des questions essentielles pour la LDH : quel avenir pour l’Afrique, quel rôle pour l’Union européenne et la France ? quel rôle politique pour les défenseurs des droits de l’Homme ? comment faire progresser la démocratie ? comment poser la question de l’universalité des droits ?

Compte rendu de Nicole Savy, membre du Comité central de la LDH


– Film documentaire, 2008
– Durée : 90’
Réalisation : Osvalde Lewat
– Production : AMIP-WAZA IMAGES France/Cameroun
– Distribution : Les Films du Paradoxe

Share This