La LDH soutient le film “Lola” de Brillante Ma. Mendoza

“Lola” – sortie nationale le 5 mai

Nous sommes à Manille, dans le quartier de Malabon, à la saison des pluies : mais le quartier est inondé toute l’année et seuls les plus pauvres y habitent, dans des conditions très précaires.
Le film raconte l’histoire de deux familles, dirigées par deux grands-mères. Le petit-fils de l’une a assassiné le petit-fils de l’autre, pour lui voler son téléphone portable, objet désirable entre tous dans une société misérable. L’une est en deuil et cherche désespérément de l’argent pour l’enterrement ; l’autre veut sortir son enfant de la prison. La première est déterminée et forte, la seconde faible, un peu menteuse et un peu voleuse. Les deux sont veuves, illettrées, vieilles et arthritiques, et doivent parcourir la ville en claudiquant : entre une circulation infernale, des tourbillons de pluie, l’inondation et les petits voleurs prêts à tout, même à piquer leur carriole et leur maigre recette de légumes vendus au marché. Aussi démunies l’une que l’autre devant une convocation au tribunal, en anglais qui plus est, ou un photomaton. Elles s’en tirent à force de débrouillardise, mettant en gage tout ce qu’elles possèdent, jusqu’à leur carte de pension. Les solidarités des voisins et du comité de quartier font le reste. La première est la véritable héroïne du film. Elle règne avec autorité sur son peuple d’enfants et de petits-enfants. « Lola » signifie « grand-mère » en tagalog.

Outre ces beaux portraits de femmes et l’hommage rendu à leur puissance, le film vaut par la vision d’un monde socialement très complexe, la nervosité de la caméra, l’atmosphère étouffante des lumières de pluies. Avec quelques trouées de lumière à la fin : des poussins étincelants posés sur le cercueil ou une branche de sampaguitas, le jasmin blanc des Philippines, autant de signes de vie.

Lola

Fiction, 2009

110’

Réalisation : Brillante Ma. Mendoza

Production : Swift

Distribution : Equation

Share This