La LDH soutient le film « La Chine est encore loin » de Malek Bensmaïl

« La Chine est encore loin » – sortie en salle le 28 avril

« Recherchez le savoir, s’il le faut, jusqu’en Chine », dit le Prophète. C’est l’Algérie, pas la Chine, que nous montre ce beau film qui fera méditer tous ceux qui ont l’Algérie à cœur.Nous sommes à Ghassira, dans les Aurès, cinquante ans après le meurtre de l’instituteur français et de sa femme qui marqua le début de la guerre. Le réalisateur rencontre les officiels qui commémorent, les vieux qui se souviennent, qui récusent les versions officielles des précédents, l’émigré qui revient et traque les objets du passé en déplorant l’indifférence de son pays à sa propre culture. Ses interlocuteurs réfléchissent au rapport entre l’arabe et le français, « langue de l’ennemi » ou instrument d’émancipation culturelle. Il s’arrête sur les paysages impressionnants qui entourent la petite ville qui vivote dans la déglingue.

Il se focalise surtout sur ce qui est l’avenir du pays : les enfants. Avec une inlassable patience, l’instituteur et le professeur de français tentent de les faire travailler pour qu’ils entrent au collège. L’école est mixte. Les filles sont plus sérieuses que les garçons, dissipés et parfois violents entre eux, prompts à sécher les cours pour se cacher dans l’oued avec des cigarettes. Tout aussi ennuyés par l’école coranique, où ils récitent les sourates par cœur sans rien y comprendre, dans un bruit assourdissant. Peu convaincus qu’étudier peut leur donner « une belle vie », ils rêvent de kalachnikovs. Leur seule valeur semble être une fierté nationaliste. Mais quel avenir ont-ils dans ce pays décrit comme corrompu, mal gouverné, dans cette société où l’ennui décolore toute velléité de travail, où tout semble aller à vau l’eau ? Combien d’entre eux s’en sortiront ?

Et pour les filles qui travaillent bien en classe, c’est encore pire. Entre les cours, on voit une femme qui balaie et lave le sol de la classe. A la fin du film elle prend la parole dans un monologue poignant. Elle dit sa vie de misère et la réprobation qu’elle encourt en travaillant : elle est la seule femme de la ville à travailler. « Ici, la femme a peur », dit-elle.

Le film se termine sur une jolie scène de baignade. Partis en excursion, les enfants – les garçons, car les filles ne se mettent pas en maillots – se jettent dans la mer avec la joie et l’énergie de leur âge. Juste à côté d’un vieux tanker échoué près du rivage. Qui l’emportera dans l’Algérie de demain ? Les enfants auxquels ce film est dédié, ou la rouille qui dévore tout ?

Retrouver tous les renseignements sur les projections et les débats sur le site du film !

La Chine est encore loin

120’

Film documentaire, 2008

Réalisation : Malek Bensmaïl

Production : Unlimited

Share This