La France veut-elle réellement se donner les moyens de lutter contre la traite humaine ?

Communiqué commun : Les Amis du Bus des femmes – CIMADE – GISTI – LDH

Protégeons nos élèves et leurs parents contre les expulsions

Anna Miezi scolarisée à l’Ecole Elémentaire Romain Rolland (CP) à Chalon sur Saône et sa mère Matondo sont rentrées au Congo (RDC) fin février 2006 après une expulsion d’Allemagne. Elles sont restées en RDC jusqu’en octobre 2006. C’est là que Mme Miezi a été contrainte d’héberger un militaire Rrwandais Tutsi. Lorsque la guerre a recommencé entre KABILA et BEMBA, les Rwandais ont été pourchassés par les militaires congolais. L’homme qui se cachait chez elle a été exécuté, elle même a été frappée et brûlée avec une lampe à pétrole. Les militaires l’ont ensuite conduite en prison puis à l’hôpital, car elle perdait beaucoup de sang.

Mme Miezi a pu s’enfuir du Congo avec sa fille grâce au soutien de son frère et la complicité d’un militaire soudoyé. Après toutes ces persécutions, elle est arrivée en France où elle a engagé avec le soutien du Réseau Education Sans Frontières, une procédure de demande d’asile.

Actuellement nous sommes dans l’attente d’une réponse de la préfecture qui risque de prendre tout son temps. Les consignes du Ministère de l’Intérieur invitent les préfectures a renvoyer le plus possible d’étrangers, et les demandeurs d’asile sont très nombreux à se voir refuser le statut de réfugié.(voir rapport OFPRA 2006).

Nous pouvons les aider ! Toute l’année déjà, dans les écoles, dans nos quartiers, des citoyens(ennes) se sont mobilisés(ées). Devant l’indignation et la colère, la préfecture accepte parfois de reconnaître le droit de séjour de personnes dont elle avait refusé de prendre en compte la situation particulière. Comme des dizaines de milliers de Français, nous avons signé l’appel de RESF « Nous les prenons sous notre protection ! » Nous nous sommes engagés à nous mobiliser pour empêcher ces expulsions indignes des valeurs de notre pays et des conventions internationales de protection des droits de l’homme et des droits de l’enfants.

Nous avons besoin d’un soutien militant et d’un soutien financier même modique de chacun(e) pour assurer l’hébergement, le paiement de l’avocat et des frais de procédure. Pour cela nous vous appelons adresser vos dons à l’ordre de RESF 71 avec la mention « pour Matondo » au dos du chèque à : RESF chez FCPE Pôle Associatif Paul Langevin 2 rue Alphonse Daudet 71100 Chalon sur Saône.

.

Share This