L’expulsion ne peut pas être la solution

Communiqué du collectif nantais Romeurope

Encore une fois, les pouvoirs publics ont fait expulser sans solution de relogement les familles Roms d’un terrain. L’expulsion a été demandée, la justice l’a ordonnée et le Maire de Rezé a réclamé à la Préfecture de la faire appliquer…Cette politique systématique d’expulsion aggrave les difficultés de vie des familles, suscite des ruptures des suivis de santé et nie les démarches d’intégration qui existent : scolarisation mais aussi recherche de travail ou de logement. Une nouvelle fois, les familles vont forcément se poser sur un autre terrain. Une nouvelle fois, cette expulsion aura rejeté les personnes, déplacé les questions qui se posent sans rien régler. Nous condamnons cette politique qui consiste à se débarrasser des problèmes en chassant les personnes.

Le Collectif nantais Romeurope connaît la réalité de la population concernée et des problèmes sur les terrains. Le Collectif affirme qu’un traitement humain et réaliste de la question de l’accueil des Roms dans l’agglomération nantaise est nécessaire et possible en imaginant ensemble des solutions créatives, adaptées et satisfaisantes pour les Roms et la population de la métropole, dans le respect des droits de tous. Le Collectif nantais Romeurope demande depuis des mois une table ronde avec toutes les parties concernées : Nantes Métropole, les 24 communes de l’agglomération, la Préfecture, le Conseil général.

Les familles roms appellent à un rassemblement ce vendredi 19 février à 12h devant la Préfecture.

Le Collectif nantais Romeurope invite citoyen(ne)s, résident(e)s et organisations à se joindre à cette protestation.

Le 18 février 2010

Share This