L’asile doit être accordé aux réfugiés kurdes irakiens

Il a été constitué le mercredi 15 décembre 2004

une Coordination Réunionnaise Contre Le Racisme, CRCR,

dont les objectifs visent à garantir le respect des personnes vivant à la Réunion contre toutes les formes de discriminations.

C’est ainsi que, dans le débat actuel lié à la situation des personnes d’origines étrangères du département, La Coordination s’élève contre les propos de M. Franck-Olivier Lachaud, Secrétaire Général de la Préfecture de la Réunion lors de ses déclarations successives à la Presse.

Il déclare notamment que « les services préfectoraux doivent veiller à l’équilibre des communautés qui vivent à la Réunion » et confirme en explicitant que « cet équilibre a deux dimensions. Premièrement, un équilibre entre la communauté nationale française et les étrangers sur notre sol, un problème qui se pose aussi bien au niveau européen qu’au niveau de l’île. Deuxièmement, un équilibre au niveau de la population réunionnaise dont les origines et les cultures sont très différentes. »

De tels propos ne peuvent laisser indifférents les Réunionnais, à la veille de la commémoration du 156ème anniversaire de l’Abolition de l’Esclavage.

Nous lui rappelons que La Réunion s’est constituée au fil d’un peu plus de trois siècles d’apports venus de Madagascar, d’Europe, d’Afrique, de l’Inde, de Chine, de l’Archipel des Comores et qu’une telle affirmation, venant d’un représentant de l’Etat laisse penser qu’il y aurait, pour le moins un communautarisme d’Etat appliqué outremer. Notamment, à la Réunion, où il a été procédé à des expulsions des originaires des Comores, de Madagascar et de d’autres pays.

Cette déclaration est incompatible avec les principes et les valeurs de la République, comme le souligne le Ministre de l’Intérieur lorsqu’il évoque les multiples condamnations des décisions préfectorales par le Conseil d’
Etat. Il recommande aux Préfets plus de dialogue et l’examen au cas par cas à l’égard des malades, des mineurs, des femmes divorcées après des violences conjugales et les personnes pacsées, ainsi que la nécessité d’étudier tous les dossiers déposés

Notre démarche, en tant que Coordination, vise également à dénoncer la présence de réseaux de passeurs, de prostitution, de pédophilie et de marchands de sommeil qui abusent de la misère et de la faiblesse humaine de ces personnes pour les maintenir dans l’exclusion et la précarité .

Nous ne serons jamais nombreux à lutter contre ces comportements abominables liés au racisme et nous invitons toutes les forces vives (organisations politiques, syndicales, les associations) mais également tout citoyen qui souhaite nous rejoindre dans cet engagement à participer à notre prochaine réunion de travail qui aura au siège de la Ligue des Droits de L’Homme le Jeudi 27 Janvier 2005 à 17H Tél : 0262 283141.

La Coordination Réunionnaise Contre le Racisme :
Rasin Kaf, UFR, CCSA, Les Associations Comoriennes, LDH

Share This