Dossier de presse du Collectif campagne française TOTAL pollue la démocratie

La LDH met à votre disposition le dossier de presse réalisé par le Collectif campagne française TOTAL pollue la démocratie, dans le cadre du lancement de la campagne internationale ’Stoppons le TOTAL-itarisme en Birmanie’.

Vous pouvez télécharger le dossier au format pdf sur les liens présents à droite.

TOTAL POLLUE LA DEMOCRATIE
STOPPONS LE TOTAL-ITARISME EN BIRMANIE

Plan de la campagne :

1-Présentation de la campagne

2-TOTAL en Birmanie – récapitulatif par InfoBirmanie

3-Bref résumé du rapport de Burma Campaign rendu

4-Intervention écrite de la FIDH sur la Birmanie pour la Commission des droits de l’Homme, 61ème Session, 14 mars–22 avril 2005

5-Rapport de la FIDH « La Birmanie, TOTAL et les droits de l’Homme: dissection d’un chantier », octobre 1996 (accès au site de la FIDH)

6- Lettre de protestation contre la présence de Total en Birmanie

1-Présentation de la campagne

Démarrage à l’échelle internationale : 21 février 2005.

Durée : Indéterminée, jusqu’au retrait effectif de TOTAL de Birmanie

Objectifs : Obtenir le retrait de Total de Birmanie afin d’être à l’écoute des souhaits exprimés par les démocrates birmans. Encourager une politique française et européenne cohérente avec les souhaits des démocrates birmans et les mesures exceptionnelles demandées par l’OIT.

La présence de Total en Birmanie constitue un soutien moral et financier pour la junte birmane, responsable de graves violations des droits de l’homme. La campagne a par conséquent pour objectif d’obtenir son retrait de ce pays, conformément au souhait de l’opposition démocratique birmane, dont Aung San Suu Kyi. Elle reprend à son compte les mesures exceptionnelles demandées par l’Organisation internationale du travail depuis novembre 2000.

Partenaires : La campagne internationale comprend notamment la FIDH, Actions Birmanie (Belgique), et un collectif d’associations françaises : LDH, France Libertés, Sud Chimie, Info Birmanie. Liste non close. La campagne est lancée simultanément ce 21 février dans un grand nombre de pays européens.

Contexte : Les procès contre Total en France, aux USA, en Belgique. Le fait que la firme américaine Unocal a annoncé en décembre 2004 son intention de négocier avec les victimes birmanes et leurs représentants plutôt que de soutenir un procès permettant des déballages publics. Le fait que la Cour d’appel de Versailles a rejeté, le 11 janvier 2005, la demande de non lieu du Parquet dans une affaire d’enlèvement et de séquestration liée aux accusations de travail forcé sur le chantier de Yadana. Autant d’évènements qui fragilisent la position de Total qui nie ses responsabilités, au point d’orchestrer sur son site web, après de longues années de mutisme, une campagne de brouillage d’information pour justifier sa présence dans ce pays. Tout concorde aujourd’hui pour reprendre à l’échelle internationale une campagne entamée en France en 1996, lors de la publication d’un premier rapport de la FIDH.

Page suivante

Share This