Directive retour : l’adoption de la honte !

Communiqué de la LDH

« L’adoption a été faite en catimini, sans débat et avec la seule abstention de la délégation belge. »
A Bruxelles, le 9 décembre 2008, sous la présidence de Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire de France et de Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat aux transports de France s’est tenu un habituel Conseil des ministres, l’un des derniers de la présidence française. Selon l’AEDH (association européenne des droits de l’Homme) : « L’adoption a été faite en catimini, sans débat et avec la seule abstention de la délégation belge. »

Parmi les textes adoptés, il y en avait sur la politique de l’énergie, sur celle des transports, sur la sécurité maritime.

Et comme le dit le communiqué officiel : « En outre, le Conseil a adopté sans débat une directive relative aux normes et procédures communes applicables dans les États membres au retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier. » Comme tout un chacun le sait, il ne s’agit que d’une question de transports, voire d’environnement. Le développement durable en France se trouve bien pourvu de se voir allouer une nouvelle responsabilité. S’agirait-il d’un nouveau recyclage des femmes et des hommes poussés par la misère, par leurs conditions de vie et par les exactions des gouvernements de leur pays à s’exiler dans l’un des Etats membres de l’UE ?

Décidément, en cette date anniversaire de la DUDH, le gouvernement français, agissant au nom de l’Union européenne toute entière, manque de grandeur et de dignité.

Paris, le 11 décembre 2008

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

– la directive retour Cliqez ici

– le communiqué de presse de la LDH Cliquez ici qui vous guidera vers nos documents d’analyse de la directive retour

Si certains liens vers des documents apparaissent brisés dans cet
article, veuillez cliquer ci-dessous pour les télécharger :
Directuve retour

Share This