De la pensée d’Alain Terrail à celle de Jean-Marie Le Pen

 » Tant va M. Dupont au four qu’à la fin il se brûle  » pourrait n’être qu’une plate reprise du proverbe  » Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse « . Mais en remplaçant M. Dupont par M. Levy, la phrase prend une autre signification et rappelle inéluctablement le calembour calamiteux de Le Pen  » Durafour crématoire « . C’est le propos scandaleux qu’Alain Terrail a publié dans le journal de l’Association Professionnelle des Magistrats. Ce propos est un aveu : il prouve la filiation de la pensée de M. Terrail avec celle du Front national. Mais M. Terrail est magistrat, il occupe une fonction prestigieuse de la magistrature. En affichant ouvertement une pensée antisémite il insulte toutes les victimes du nazisme et bafoue la démocratie. Nul n’est au dessus des lois. Comme tout citoyen, Alain Terrail doit répondre de ses écrits devant les juridictions répressive et disciplinaire de la République

Share This