Congo Brazzaville : Affaire des disparus du Beach

Communiqué du Collectif des parents des disparus du Beach de Brazzaville, de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et de l’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH)

Dix ans après la disparition de centaines de Congolais au port fluvial du Beach de Brazzaville, les victimes et leurs proches continuent de réclamer vérité et justice.Dix ans après les disparitions à grande échelle survenues au port fluvial du Beach de Brazzaville, la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), la Ligue française des droits de l’Homme (LDH), l’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH) et le Collectif des parents des disparus du Beach de Brazzaville appellent à l’établissement de la vérité et à l’obtention de la justice pour les victimes et leur famille.

La FIDH, la LDH, l’OCDH et le Collectif des parents des disparus du Beach regrettent, en effet, que la lumière n’ait toujours pas été faite sur les circonstances exactes de la disparition de plus de 350 personnes durant les premières semaines de mai 1999 au port fluvial du Beach de Brazzaville, sur le sort de ces personnes disparues, ainsi que sur les responsabilités engagées.

Nos organisations déplorent également que les plus hauts responsables de ces disparitions n’aient pas encore répondu de leurs actes devant une justice équitable. La FIDH, la LDH, l’OCDH et le Collectif des parents des disparus ont, en effet, dénoncé la procédure au Congo Brazzaville qui, lancée en réaction à l’enclenchement par ces mêmes organisations de la procédure en France, a abouti en août 2005, après une instruction bâclée et trois semaines de « mascarade de procès », à l’acquittement pur et simple des 15 accusés (1). En outre, la procédure en France, initiée en décembre 2001, est, après de multiples rebondissements et d’importantes décisions de la Cour de cassation (2), certes relancée, mais toujours au stade de l’instruction.

La FIDH, la LDH, l’OCDH et le Collectif des parents des disparus du Beach appellent ainsi à la poursuite effective de l’instruction en France et au renvoi des auteurs de ces crimes devant la Cour d’assises compétente, en application du principe de compétence extra-territoriale, encore récemment réaffirmé par la Cour européenne des droits de l’Homme (3).

Des interviews de Roger Bouka, président de l’OCDH et de Marcel Touanga, président du Collectif des parents des disparus du Beach de Brazzaville, sont disponibles à l’adresse suivante (d’autres interviews seront disponibles très prochainement) : Cliquez ici

Rappel :
Entre avril et juin 1999, des Congolais (du Congo-Brazzaville) réfugiés du fait de la guerre civile dans la région du Pool ou en République démocratique du Congo (RDC), sont revenus vers Brazzaville par le port fluvial, suite à la signature d’un accord tripartite entre la RDC, la République du Congo et le Haut Commissariat aux réfugiés, définissant un couloir humanitaire censé garantir leur sécurité. A leur arrivée à Brazzaville, des centaines de personnes ont été arrêtées par des agents publics pour interrogatoire et ont disparu, sans que l’on sache, encore aujourd’hui, ce qui leur est arrivé.
Pour plus de détails sur ces événements et sur les procédures judiciaires passées et en cours, voir le récapitulatif de l’affaire élaboré par la FIDH, ainsi que toutes les publications relatives à l’affaire, disponibles sur le site Internet de la FIDH.

Paris, Brazzaville, le 13 mai 2009

(1) Voir le communiqué de presse du 18 août 2005 « Procès des « disparus du Beach » de Brazzaville : des crimes sans auteurs ! »: Cliquez ici, le rapport de la mission d’observation judiciaire de la FIDH au procès des « disparus du Beach » à Brazzaville de décembre 2005: Cliquez ici , ainsi que la note de position FIDH-OCDH, novembre 2007, « Evaluation du procès de Brazzaville par les familles des « disparus du Beach », la procédure en France doit continuer ! »: Cliquez ici

(2) Voir notamment le dernier arrêt de la Cour de cassation française du 9 avril 2008, ainsi que la réaction FIDH-LDH-OCDH à cette décision, disponibles sur le site Internet de la FIDH: Cliquez ici

(3) Voir le communiqué de presse FIDH-LDH-AMDH du 7 avril 2009, « Décision de la Cour européenne des droits de l’Homme : la décision de condamnation de Ely Ould Dah confirmée, le mécanisme de compétence universelle renforcé » : Cliquez ici

Share This