Condamnation à trois ans de prison ferme du vice-président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme

Après la confirmation en cour d’appel de la condamnation à trois ans de prison ferme prononcée contre Khémaïs KSILA, vice-président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme, la Ligue française tient à exprimer sa sympathie et son admiration aux militants qui, en Tunisie, résistent avec courage à l’orientation de plus en plus répressive de la politique du président BEN ALI. Celui-ci au prétexte de résister à l’intégrisme islamiste étouffe toute opposition des forces démocratiques qui tentent de résister à la dérive totalitaire du pouvoir.

La Ligue des droits de l’homme demande au gouvernement français de rappeler au gouvernement tunisien les engagements concernant le respect des droits de l’homme souscrits notamment dans l’accord d’association entre l’Union européenne et la Tunisie.

Paris, le 28 avril 1998

Share This