8 février 2008 – Solidarité avec les syndicats autonomes algériens pour les droits sociaux et les libertés syndicales en Algérie

Rassemblement le 12 février à 18h00 devant le consulat d’Algérie

Solidarité avec les syndicats autonomes algériens pour les droits sociaux et les libertés syndicales en Algérie.

L’Intersyndicale Autonome de la Fonction Publique algérienne (CLA, CNAPEST, SATEF, SNAPAP,SNTE, SNPEPM, CECA, coordination des sections CNES) a décidé l’organisation de grèves nationales du 10 au 12 février prochain, avec un rassemblement à Alger le 12 février.

L’intersyndicale dénonce la dégradation des conditions de vie de l’ensemble de la population algérienne (salaires dérisoires, prix des denrées de première nécessité ainsi que des logements en inflation constante) alors que les caisses du pouvoir n’ont jamais été aussi pleines (l’Algérie n’a plus de dette extérieure et dispose d’une réserve déposée dans les banques étrangères de 180 milliards de dollars).

De plus, les syndicats autonomes et leurs militants subissent toujours une répression sous toutes les formes possibles, le pouvoir multiplie les tentatives de corruption de leurs membres et crée des syndicats « clones » afin de les discréditer dans l’opinion.

Pour répondre à l’appel à la solidarité internationale lancé par l’intersyndicale autonome de la fonction publique algérienne, nous participerons à des initiatives en France le mardi 12 février. A Paris, nous nous rassemblerons devant le consulat d’Algérie à 18 heures (48 rue Bouret – 75019 Paris – métro Jaurès ou Colonel Fabien).

Par ces initiatives, nous voulons apporter notre soutien à ces revendications légitimes de libertés syndicales et de droit à fonder des syndicats indépendants, nous voulons exprimer notre solidarité avec les syndicats autonomes et leurs militants-es et militants, et donner de la visibilité en France à ces luttes qui sont trop souvent occultées.

Nous demanderons qu’une délégation soir reçue par le Consul général afin de lui exprimer notre solidarité avec ces mobilisations sociales et notre exigence d’une véritable liberté syndicale en Algérie comme le demande l’ensemble des syndicats autonomes qui ont engagé des luttes importantes dans toute l’Algérie ces dernières années.

Avec le soutien de :

FSU, CNT, Union syndicale Solidaires, LDH, FTCR, CEDETIM, ATMF, PLURI-ELLES Algérie, IPAM.

Le 8 février 2008

Share This