8 avril 2008 – La Ligue française des droits de l’Homme dénonce la violente répression de la population du bassin minier de Gafsa qui proteste contre le chômage

 

Le dimanche 6 avril 2008, la police tunisienne a arrêté beaucoup de syndicalistes, chômeurs parmi lesquels un grand nombre de jeunes. Le 7 avril, trois dirigeants syndicaux de la région de Redeyef ont été frappés et interpellés : Adnane Hajji, secrétaire général du syndicat de l’enseignement de base, Taïeb Bben Othman, enseignant syndicaliste et Boujemaaa Echrayti, secrétaire générale du syndicat de la santé.

 

La Ligue française des droits de l’Homme condamne avec la plus grande fermeté de tels agissements. Elle réclame la libération immédiate de toutes les personnes arrêtées. Elle dénonce à nouveau le caractère policier et autoritaire du régime tunisien.

 

La Ligue française des droits de l’Homme tient à assurer de son soutien les familles des personnes emprisonnées et les organisations qui dans ce pays luttent avec courage pour les libertés publiques, les droits économiques et sociaux.

 

Paris, le 8 avril 2008

Share This