7 mars 2008 – Nouvel attentat sanglant à Jérusalem : ne pas donner raison aux assassins

Une nouvelle fois, l’horreur submerge les réactions rationnelles devant l’enchaînement des violences qui ensanglantent le conflit israélo-palestinien.

 

Que les droits du peuple palestinien soient bafoués depuis tant d’années, que les bombardements de l’armée israélienne aient tué il y a quelques jours des civils innocents dont de jeunes enfants, tout cela suscite légitimement l’indignation et la révolte mais ne peut évidemment pas excuser un instant le meurtre délibéré de jeunes israéliens désarmés dans une yeshiva, ni les manifestations de joie qui ont hélas accueilli ce massacre.

 

Le caractère épouvantable et injustifiable de cette tuerie ne peut pas davantage faire oublier l’enchaînement des aveuglements et des injustices dans lequel elle s’inscrit. La fermeture de tout espoir de solution acceptable pour le peuple palestinien contribue depuis des années à donner une prime effroyable à la haine et à la violence pure.

 

La LDH considère que le pire serait que les commanditaires de ce dernier massacre obtiennent à nouveau ce qu’ils souhaitent, c’est-à-dire toujours plus de sang.

 

Paris, le 7 mars 2008

Share This