5 octobre 2005 – Appel à rassemblement
Pour ne pas oublier le 17 octobre 1961, rassemblement le 17 octobre 2005 à 18h30, sur le Pont Saint Michel

La colonisation a été émaillée, jusqu’au cœur de la Métropole, de crimes et de massacres qui font aussi partie de  son histoire, contrairement à l’affirmation de la loi du 23 février 2005, dont l’article 4 prescrit l’enseignement du “ rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord ”. Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient à Paris, pacifiquement, contre le couvre-feu raciste dont ils étaient l’objet, et plusieurs centaines ont été massacrés.

 

Nous appelons, une fois encore, à un rassemblement, pour obtenir :

 

• l’ouverture de toutes les archives sur cet événement ;

 

• la reconnaissance officielle de ce massacre et sa prise en compte dans l’enseignement ;

 

• l’abrogation de l’article 4 de la loi du 23 février 2005 qui veut imposer une histoire et un enseignement officiels et ne mentionne que le “ rôle positif de la présence française outre-mer ” ;

 

• l’arrêt des hommages inadmissibles, nombreux notamment dans le sud de la France, aux tueurs de l’OAS, jusqu’au-boutistes de la colonisation : Nice, Toulon, Théoule, Perpignan…, et récemment Marignane.

 

• la levée des sanctions prononcées contre les archivistes qui ont témoigné lors du procès Papon contre Einaudi ;

 

En 2001, à l’occasion du 40e anniversaire de ces massacres, une plaque commémorative posée par la ville de Paris sur le parapet du Pont Saint Michel à Paris venait enfin de réparer cet oubli historique. Chaque année, de plus en plus de villes poursuivent une mobilisation autour de ce souvenir. Ainsi, rien que dans la région parisienne, Sarcelles, Bezons, Aubervilliers, Saint-Denis, Nanterre (suivis bientôt par Bagnolet et Bobigny) ont nommé une rue, un pont, ou érigé une stèle à la mémoire des Algériens victimes du 17 octobre 1961.

 

Pour réclamer la reconnaissance officielle de la part des plus hautes autorités de la République de ce crime d’Etat et demander à son sujet la vérité et la justice, les associations suivantes appellent au rassemblement.

 

le 17 octobre 2005 à 18 heures 30

 

à Paris, sur le Pont Saint-Michel,

 

puis les manifestants se rendront symboliquement au Palais de Justice

 

Signataires :

Les Alternatifs, Alternative citoyenne Ile-de-France, Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs compagnons, APCV cultures et voyage, Association 17 octobre 1961 contre l’oubli, Association culturelle berbère (ACB), CEDETIM, Collectif des familles de disparu(e)s en Algérie, Droit-solidarité/AIJD (Association droit-solidarité/association internationale des juristes démocrates), FASTI, Fédération des Oeuvres Laïques de Seine-Saint-Denis (FOL 93), Fédération Sgen-CFDT, Fédération Sud Education, Harkis et droits de l’Homme, Les indigènes de la République, Ligue communiste révolutionnaire, Ligue des droits de l’Homme, Ligue de l’enseignement, Lutte ouvrière, La maison de l’Algérie, MRAP, Au nom de la mémoire, Parti communiste français, Union des étudiants communistes, Les Verts.

 

Paris, le 5 octobre 2005

Share This