40 organisations dénoncent les manifestations en faveur de l’armée d’Israël

Lettres au Président de la République et au Premier Ministre

Au nom de l’ensemble des 40 organisations soussignées (*), je tiens à vous faire part de l’indignation profonde que provoque le projet de l’ “Association pour le bien-être du Soldat Israélien “, de tenir ces prochains jours en France, et en particulier ce 18 mars au Palais des Sports de Paris, une soirée ” en l’honneur de Tsahal “, l’armée israélienne, en présence du chef d’état-major de la marine et de la vice-ministre de la Défense.

A un moment où le comportement de cette armée dans les territoires palestiniens suscite l’indignation générale, à commencer par celle du Comité International de la Croix-Rouge qui vient de dénoncer ” la grave violation ” des Conventions de Genève – accusation assimilable à celle de crimes de guerre -, il nous paraît scandaleux de recevoir sur notre sol une telle manifestation.

Au moment aussi où les autorités françaises estiment, à juste titre, que l’armée israélienne a eu ” carte blanche ” pour ” tuer beaucoup de Palestiniens “, l’opinion française – et internationale – ne comprendrait pas que l’on puisse laisser se réaliser ce qui ne peut être considéré que comme une apologie d’actes de guerre par une armée d’occupation qui viole quotidiennement les Conventions internationales régissant le droit humanitaire.

A un moment enfin où, en Israël, à l’intérieur même des forces armées, s’élève une contestation d’officiers et soldats qui refusent les missions qui leur sont assignées dans les territoires palestiniens, nous ne comprendrions pas que l’on ne tienne pas compte de cette crise de conscience qui touche le cœur de la société israélienne.

Tout converge, Monsieur le Président de la République, pour considérer cette initiative comme dramatiquement inopportune, car portant atteinte à l’image de la France.

En conséquence nous vous demandons de bien vouloir convoquer l’ambassadeur d’Israël, de lui faire part de la vive émotion et de la colère que provoque en France l’initiative de l’ « Association pour le bien-être du Soldat israélien », et d’obtenir des organisateurs qu’ils y renoncent.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, en l’expression de notre haute considération.

Pour les 40 organisations,

Michel TUBIANA

(*) Abnah Philistine (Enfants de Palestine), Les Alternatifs, Appel des Cent pour la paix, Les Amis de l’Archéologue palestinienne, Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM), Association ” Dignités “, Association France-Palestine-Solidarité (AFPS), Association des jumelages France-Palestine (AJFP), Association des Marocains en France (AMF), Association des Palestiniens en France (APF), Association de solidarité franco-arabe (AFSA), Association des travailleurs maghrébins en France (ATMF), Association des Tunisiens en France (ATF), Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien (CCIPPP), Collectif des citoyens d’origine juive et arabe, Collectif des familles de disparus en Algérie, Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les universités palestiniennes (CICUP), Comité Azmi Bishara, Comités de solidarité en Ile-de-France, Comité de vigilance pour une paix réelle au Proche-Orient (CVPR), Confédération générale du travail (CGT), Coordination des appels pour une paix juste au Proche-Orient (CAPJPO), Coordination des groupes femmes ” Egalité “, Droit-Solidarité, Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (FASTI), Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), Femmes solidaires, Jeunesses communistes révolutionnaires (JCR), Ligue communiste révolutionnaire (LCR), Ligue des droits de l’Homme (LDH), Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), Mouvement de la paix, Mouvement jeunes communistes de France (MJCF), Parti communiste français (PCF), Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Rencontre progressiste juive (RPJ), SUD-PTT, SNPTAS-CGT, Union des étudiants communistes (UEC), Union générale des étudiants de Palestine (GUPS-France), Union juive française pour la paix (UJFP), Union syndicale G10 Solidaires, les Verts.

Paris, le 15 mars 2002

Share This