4 mars 2005 – Droits des femmes
Lettre adressée au CNDF au sujet de la manifestation organisée le 8 mars, Journée internationale des femmes

CNDF

21 ter, rue Voltaire

75011 PARIS 

 

 

Chères Amies, Chers Amis,

 

Ainsi que vous le savez la LDH a signé le texte d’appel à la manifestation du 8 mars 2005. Nous faisons partie du CNDF et sommes très attachés à l’existence du collectif, auquel nous appartenons, comme à la tenue de manifestations unitaires, à l’inverse des stratégies médiatiques de certaines associations plus soucieuses de leur publicité que de la défense effective des droits des femmes.

 

Nous voudrions vous dire, en revanche, notre profond désaccord sur le refus que vous avez opposé à la signature du « collectif une école pour tous – toutes ». Nous ne comprenons pas ce qui peut justifier qu’une organisation qui adhère au texte d’appel soit exclue.

 

C’est pour nous d’autant plus une position de principe que nous connaissons par ailleurs de profonds désaccords avec elle. Votre position revient soit à exiger que toutes les organisations aient, sur des sujets qui ne sont pas inclus dans l’appel ou qui sont susceptibles de débats légitimes, une position univoque, soit à se livrer à des procès d’intention.

 

Nous pensons qu’il est grave que le mouvement social dans son ensemble entre dans ce type de démarches. Non seulement cela ne peut que conduire à des déchirements, comme on y assiste actuellement, mais, et c’est encore plus grave, cela interdit, de fait, tout débat pour y substituer l’anathème.

 

Nous voulions vous dire cela et nous vous demandons de porter cette lettre à la connaissance de tous les signataires et de l’appel.

 

Bien cordialement.

Michel Tubiana,

Président de la LDH

Paris, le 4 mars 2005

Share This