29 septembre 2008 – Exclusions de l’accès à l’éducation en Guyane

Les syndicats de l’enseignement et les associations interpellentla Halde et la Défenseure des enfants

Sur l’ensemble du territoire de la République française, les normes nationales et internationales protègent l’intérêt supérieur de l’enfant et un accès à l’instruction égal pour tous assuré par l’État. Pourtant, en Guyane, de nombreux enfants sont exclus du système éducatif par des obstacles discriminatoires.

Les syndicats et associations signataires saisissent la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité et la Défenseure des enfants pour dénoncer plusieurs infractions au droit à l’éducation et à l’obligation scolaire.

1) Discrimination à l’égard de jeunes étrangers
> Sont relevés plusieurs obstacles à l’inscription à l’école maternelle et élémentaire et à l’admission dans le système éducatif de jeunes primo-arrivants.

2) Discrimination à l’égard de jeunes vivant dans l’ouest et à l’intérieur de la Guyane
> De nombreux enfants de ces populations n’ont jamais été scolarisés ou ont cessé de l’être par manque de classes et d’école, de transport pour y accéder, de suivi sanitaire… Ces obstacles sont liés à l’inégalité de développement et à la pénurie de structures sur les terres où ils habitent.

29 septembre 2008

Signataires

– Collectif pour la scolarisation des enfants en Guyane [1]

– Collectif Migrants outre-mer (Mom) [2]

– Fédération de l’éducation, de la recherche et de la culture (Ferc-CGT)

– Fédération des syndicats de SUD Éducation

– Fédération Syndicale Unitaire (FSU)

Notes

[1] Association DAAC (Développement, Accompagnement, Animation, Coopération) ; Association Franco-Dominicaine de Guyane ( AFDG, Association Grand Pays ; Ligue des Droits de l’Homme, section de Cayenne ; SNUIPP (Syndicat National Unitaire des Instituteurs, Professeurs des écoles et Pegc) de Guyane ; SNES (Syndicat National de l’Enseignement secondaire de Guyane), SUD éducation de Guyane

[2] ADDE (avocats pour la défense des droits des étrangers) ; AIDES ; Anafé (association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers) ; CCFD (comité catholique contre la faim et pour le développement) ; Cimade (service œcuménique d’entraide) ; Collectif Haïti de France ; Comede (comité médical pour les exilés) ; Gisti (groupe d’information et de soutien des immigrés) ; Elena (les avocats pour le droit d’asile) ; Ligue des droits de l’homme ; Médecins du monde ; Secours Catholique / Caritas France

Share This