29 janvier 2007 – Pas d’impunité pour l’homophobie

La LDH se félicite de la condamnation en appel pour injures publiques de Christian Vanneste,député UMP du Nord, à la suite de ses propos discriminatoires envers les homosexuel(le)s en janvier 2005 et plusieurs fois réitérés depuis.

 

Cette décision de justice rappelle avec force que nul ne peut être insulté en raison de son orientation sexuelle et que la loi punit ce qui est désormais un délit, dès lors que les victimes portent plainte.

 

S’il convient de sanctionner les coupables et de dénoncer des préjugés dont les conséquences peuvent être dramatiques, il faut aussi lutter contre l’homophobie par des actions de prévention. La LDH réaffirme à cet égard la nécessité de développer des actions pédagogiques dans le cadre de l’Education nationale et d’ouvrir des espaces d’accueils adaptés pour les jeunes où ces questions seraient librement abordées.

 

En effet, les conséquences de l’homophobie sont particulièrement déstabilisatrices : elles entraînent notamment une surexposition aux comportements à risque des personnes ainsi stigmatisées, comme l’attestent encore les résultats de la recherche-action que la LDH a menée pendant trois ans avec la Direction générale de la santé*.

 

La prévention de l’homophobie passe également par la reconnaissance de l’égalité des droits en matière de mariage et d’adoption quels que soient le sexe et l’orientation sexuelle des demandeurs.

 

*Recherche-action « Discriminations vécues ou craintes et conduites à risque chez les jeunes » :

http://www.ldh-france.org/media/actualites/Synth%E8se_recherche_action.doc

 

Paris, le 29 janvier 2007.

Share This