28 janvier 2006 – Colonialisme
Loi du 23 février 2005 : un recul salutaire mais insuffisant

  

Le Président de la République s’est enfin résigné à faire disparaître du droit français l’article 4 de la loi du 23 février 2005 qui enjoignait aux enseignants de faire état du rôle positif de la colonisation française. Même si la procédure biaisée suggérée par le Président de l’Assemblée nationale ménage une majorité parlementaire nostalgique de l’héritage colonial, la protestation des historiens, des associations et des citoyens qui refusent l’histoire officielle et le travestissement du passé a fini par imposer ce recul salutaire.

 

Si d’autres dispositions de cette loi, et notamment son article 3, n’en restent pas moins critiquables, c’est bien l’objectif central de la mobilisation qui a été atteint.

 

Pour autant, la LDH rappelle que la sollicitude dont l’actuelle majorité a fait preuve à l’égard des factieux de l’OAS et de leurs héritiers contraste scandaleusement avec le sort que la République continue de réserver aux harkis : la discrimination fait suite à l’enfermement, l’injustice et l’arbitraire demeurent.

 

De même, l’abrogation de l’article 4 de la loi du 23 février 2005 ne saurait être mise à profit pour escamoter le débat nécessaire sur la colonisation, sur ses méthodes et sur ses séquelles : comme naguère à propos de Vichy, la mise au jour d’un passé rien moins que positif est seule à même de purger la société française de fantasmes et de préjugés qui obstruent le chemin de l’égalité.

Paris, le 28 janvier 2006

Share This