26 organisations françaises et internationales solidaires de six ONG palestiniennes classées « terroristes » par le gouvernement israélien

Appel interassociatif dont la LDH est signataire

Monsieur le Ministre,

Vendredi 22 octobre, le ministère israélien de la Défense a désigné comme organisations terroristes six organisations nongouvernementales (ONG) palestiniennes : Addameer Prisoner Support and Human Rights Association, AlHaq Law in the Service of Man (AlHaq), Bisan Center for Research and Development, Defense for Children InternationalPalestine (DCIP), Union of Agricultural Work Committees (UAWC) et Union of Palestinian Women’s Committees (UPWC). Parmi les signataires de cette lettre, nous sommes nombreux à travailler très régulièrement avec ces organisations. Nos organisations déplorent vivement cette décision et expriment leur pleine solidarité avec les six ONG palestiniennes ciblées, qui dénoncent les violations des droits humains en Palestine, et que le gouvernement israélien tente de réduire au silence. Nous confirmons par la présente notre volonté ferme de continuer à les soutenir.

Cette décision n’est pas un cas isolé datteinte à lespace civique de la population palestinienne sous occupation israélienne, mais la dernière dune série dattaques contre les ONG palestiniennes de défense des droits humains, qui font l’objet d’accusations injustifiées, notamment d’appel à la haine, d’antisémitisme et de soutien au terrorisme ainsi que de menaces, d’intimidations, de restrictions de mouvements et d’arrestations, uniquement pour avoir fait leur travail. Ces accusations et restrictions violent le droit international relatif aux droits humains notamment les droits à la liberté dexpression, dassociation et de mouvement qui garantit les droits fondamentaux à la création d’organisations de la société civile et à fournir des services communautaires.

Depuis plusieurs années, les organisations israéliennes et internationales qui dénoncent les violations des droits humains et du droit international humanitaire par le gouvernement israélien font également face à des attaques visant à les délégitimer et à les réduire au silence. Le rapport Attaques, diffamations : décryptage des stratégies de délégitimation de la défense des Palestiniens, publié le 14 octobre dernier par la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, documente comment ces stratégies sont mises en place.

Nous prenons acte de votre réaction, exprimant votre préoccupation et demandant des clarifications aux autorités israéliennes, mais nous vous appelons à condamner cette attaque sans précédent contre la société civile palestinienne, qui criminalise de fait les défenseurs des droits humains en Palestine, et à utiliser toutes vos ressources pour conduire le gouvernement israélien à annuler cette décision. Nous souhaitons ainsi que le gouvernement français exprime un soutien plus fort et fournisse une protection plus concrète aux défenseurs des droits humains en Palestine et en Israël, en particulier aux six ONG menacées, conformément aux engagements pris par la France visàvis des défenseurs des droits humains dans le cadre du plan d’action sur lequel elle s’est engagée à l’issue du sommet mondial des fenseurs des droits humaines de 2018.

Nous demandons en outre au gouvernement français de prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir les membres de la société civile palestinienne, afin qu’ils puissent continuer de mener à bien leur travail. Il est par ailleurs impératif que vos services indiquent immédiatement aux banques, institutions financières et bailleurs de fonds français que la désignation comme organisations terroristes par Israël de ces ONG palestiniennes est infondée et inapplicable.

Les attaques du gouvernement israélien contre ces organisations constituent une menace exceptionnellement grave pour la société civile palestinienne qui s’efforce de surveiller et de documenter les violations des droits humains et de fournir des services de base au peuple palestinien.

En vous remerciant de l’attention que vous porterez à ce courrier, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’assurance de notre profonde considération.

Liste des signataires:
Action des chrétiens pour l’abolition de la torture France, Association France Palestine Solidarité, Association « Pour Jérusalem », Amnesty International France, AURDIP, CCFDTerre Solidaire, CEDETIM, Chrétiens de la Méditerranée, Cimade, Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les universités palestiniennes, Collectif judéoarabe et citoyen pour la Palestine, Comité de vigilance pour une paix réelle au ProcheOrient, Fédération internationale pour les droits humains, Femmes Egalité, Human Rights Watch, Ligue des droits de l’homme, Médecins du Monde France, Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, Mouvement de la paix, Mouvement pour une alternative non violente, One Justice, Oxfam, Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, RITIMO, Union juive française pour la Paix, Une Autre Voix Juive

Copies adressées à :
M. Nicolas Roche, directeur de cabinet
M. Samer Melki, conseiller Afrique du Nord et MoyenOrient
Mme Anne Guéguen, directrice Afrique du Nord et MoyenOrient
Mme Inès BenKraïem, sousdirectrice EgypteLevant
Mme Delphine Borione, ambassadrice pour les droits de lhomme

Retrouvez le communiqué sous format pdf

Paris, le 05 novembre 2021

Share This