26 janvier 2005 – Crime contre l’humanité Auschwitz : l’inoubliable

Communiqué de la LDH

La LDH s’associe pleinement à la commémoration nationale de la découverte, il y a soixante ans, du camp d’Auschwitz. Symbole de la barbarie nazie et du crime contre l’humanité, Auschwitz fut le lieu de l’extermination industrielle d’un peuple d’hommes, de femmes et d’enfants qui ne furent massacrés que parce qu’ils étaient nés juifs.

Il est aujourd’hui vital que ce génocide ne soit pas promis à l’oubli, conformément aux tentatives des nazis pour effacer les traces de leurs crimes et à celles des négationnistes qui veulent perpétuer aujourd’hui ce mensonge criminel. Par-delà les témoignages des rescapés, les historiens établissent une vérité et des responsabilités que tous les États doivent reconnaître, et qu’il est impératif d’expliquer à tous les jeunes qui vivent en Europe. La connaissance de l’histoire permet seule de comprendre le sens des mots et des images, et d’empêcher la diffusion des idées d’une extrême droite toujours prête à reparaître en profitant de l’ignorance.

Fidèle à ses origines au moment de l’affaire Dreyfus, en butte pendant la guerre au pillage de son siège par les nazis, qui aidèrent la milice à assassiner Victor Basch, son président, la LDH rappelle avec la Déclaration universelle des droits de l’Homme « que la méconnaissance et le mépris des droits de l’Homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme. »

Paris, le 26 janvier 2005

Share This