25 février 2008 – Censure courtisane dans une entreprise publique

La LDH dénonce la censure révérencielle dont le magazine « Courrier international » vient de faire les frais. Métrobus, régie publicitaire de la RATP, s’est en effet prévalu de sa « mission de service public » pour refuser la couverture de ce magazine qui ne faisait que rapporter une forte critique du comportement du Président de la République par la presse étrangère. En refusant l’affiche proposée qui reproduisait la une du numéro de l’hebdomadaire publié jeudi sur laquelle on pouvait lire parmi d’autres bandeaux : « Vu de Madrid : Sarkozy, ce grand malade », et les contre-propositions du directeur du magazine, Métrobus n’a pas respecté le principe de neutralité derrière lequel il croit pouvoir s’abriter, mais a délibérément violé la liberté de l’information et protégé l’image du chef de l’Etat en refusant que les critiques de la presse étrangère soient affichées dans le métro et sur les bus.

 

La LDH s’interroge sur cette prétendue neutralité fort sélective, et sur le rapport entre une régie commerciale toujours ouverte au plus offrant et les obligations de service public derrière lesquelles Métrobus se réfugie abusivement. En refusant l’affiche de « Courrier international », la régie publicitaire de la RATP se comporte comme une instance subordonnée qui se porte au secours de son maître.

 

La LDH rappelle qu’en République un excès de critiques est toujours préférable à une censure.

 

Paris, le 25 février 2008.

Share This