2000 – RAPPORT ANNUEL – AVANT-PROPOS

Voici 180 pages qui retracent l’activité de la LDH durant l’année 2000 : 60 pages de plus que l’année dernière qui montrent à quel point l’activité de la LDH ne cesse de s’accroître. Encore peut-on être certain que diverses actions de la LDH sont passées au travers de ce recensement, notamment toutes les activités quotidiennes que mènent les sections dans l’aide qu’elles apportent à tous ceux qui les saisissent d’une atteinte à leur droit.

Ce document, c’est d’abord l’expression d’un travail des militants de la LDH : nous ne sommes pas une organisation de professionnels. Nous sommes des hommes et des femmes qui acceptons cet engagement dans la vie de la cité que représente l’adhésion à la LDH. Nous sommes de ceux qui pensons que les droits qui ont été conquis au cours des siècles et ceux qui restent à conquérir ou à parfaire, ont pour principal adversaire le désintérêt que les citoyens peuvent manifester à s’en saisir et à les exercer.

A l’aube du centième anniversaire de la loi de 1901 sur les associations, il est bon de marquer que la vitalité du mouvement associatif a pour corollaire un engagement citoyen et non l’abandon du militantisme au profit d’une professionnalisation toujours plus accrue.

Mais militer n’est pas non plus signe d’amateurisme. On voit bien, au travers de ce rapport, le souci de la LDH de réfléchir aux enjeux de notre époque : de l’usage de l’internet à la bioéthique, nous sommes en permanence attentifs à l’évolution des droits.

De la même manière, nous n’entendons pas nous laisser nous enfermer dans la dictature du quotidien ; au-delà de notre action concrète en faveur du droit des étrangers, nous élargissons notre réflexion vers la seule question qui vaille en ce domaine : quelle politique d’immigration pour la France et l’Europe ?

Enfin, comment concevoir aujourd’hui la défense des droits de l’Homme dans le seul cadre hexagonal ? Notre action internationale n’a cessé de se développer et nous serons amenés, de plus en plus, à inscrire notre démarche en tenant compte de ce qui se passe au-delà de nos frontières.

Ce rapport d’activité est aussi une bonne image de la situation des droits de l’Homme en France. En raison du caractère généraliste de son activité, la LDH embrasse de très larges secteurs d’activité ce qui autorisera, dans l’avenir, nous l’espérons, à dresser un état de la situation des droits et libertés en France.

Aujourd’hui, nous constatons que nous vivons dans une démocratie… imparfaite. Par nature une démocratie n’est jamais achevée et dès lors nous aurons toujours à défendre les libertés de chacun et à promouvoir les droits de tous. Mais l’on sent bien qu’aujourd’hui l’enjeu est plus large : c’est le fonctionnement de la démocratie qui est, non pas remis en cause en tant que système, mais questionné dans son efficacité.

Militer, c’est aussi poser la question de la démocratie et faire vivre celle-ci.

Michel TUBIANA, président de la LDH

Share This