2000 – RAPPORT ANNUEL – Appel des familles roms de Zamoly réfugiées à Strasbourg

Vous qui êtes sensibles à la défense des droits de l’Homme, les familles Roms de Zamoly s’adressent à vous (août)  :

« Notre situation, à nous, roms de Zamoly, n’est pas isolée.
Bien au contraire, selon l’ONU, les roms figurent parmi les principales victimes des actes racistes en recrudescence dans toute l’Europe (Le Monde du 20 et 21 août 2000) à savoir :

  • racisme anti-rom
  • pogroms néo-nazis
  • tentatives d’assassinats
  • expulsions par la force
  • discriminations scolaires et professionnelles, etc.

L’État hongrois ne nous ayant pas défendus contre une série d’agressions qui ont duré 3 années, nous avons été obligés de demander le droit d’asile politique en France et de porter plainte contre le gouvernement hongrois devant la Cour européenne des droits de l’Homme. En aucun cas, notre démarche n’est liée à  des  problèmes économiques.

Ici, à Strasbourg, nous exprimons notre reconnaissance aux autorités de nous  avoir accueillis jusqu’à présent mais regrettons la précarité psychique et matérielle dans laquelle nous sommes maintenus : pas le moindre subside pour se soigner, se déplacer, communiquer, soigner les enfants, ni aucune perspective quant à l’espérance d’un logement digne.

Rappelons que nous sommes responsables de 20 enfants dont 6 bébés nécessitant couches, lait maternisé et suivi médical.

Nous n’avons pas la moindre information sur l’évolution de notre situation administrative.

Cette nuit, le Samu a du intervenir pour réguler une crise d’angoisse chez une personne cardiaque porteuse d’une valve, sous anticoagulant.

Pour la dizaine d’enfants en âge d’être scolarisés, le problème de la rentrée se pose déjà.

Notre groupe aspire à apprendre le français dès à présent, nous ne voulons pas vivre d’aumône, nous voulons travailler pour devenir des membres utiles de la société.

Votre responsabilité est aussi engagée : citoyens, organisations syndicales, politiques, organisations de défense des droits de l’Homme et Églises.

Nous vous demandons d’agir pour que le gouvernement et les organisations officielles satisfassent nos revendications.

Prompts à attendre de la Turquie qu’elle montre « patte blanche » en matière de respect des droits de l’Homme avant d’entrer dans l’Union européenne, il est de votre devoir d’exiger de la Hongrie qu’elle fasse de même.

N’acceptez pas que nous, les roms de Zamoly, soyons victimes d’intérêts politiciens et exigez que nos droits soient reconnus indépendamment des enjeux diplomatiques. » 

Share This